Les ventes d'espaces publicitaires dans les marchés publics

Exécution des marchés

Le Courrier juridique des Finances et de l’Industrie s’appuie sur l’arrêt du Conseil d’État relatif à un marché où la société Prest’action s’est vue confier la vente d’encarts publicitaires pour rappeler la compétence du comptable.

En partant de ce marché, Didier Le Hénaff, agent de la direction juridique et auteur du papier retrace le cheminement intellectuel ayant amené cette décision. L’occasion de revenir sur l’exclusivité de la compétence du comptable public (chapitre 1) « pour procéder à l’exécution des dépenses et des recettes de la commune à laquelle seule la loi peut déroger » et sur l’approche de la notion de recettes publiques qui permet au Conseil d’État de rejeter la requête de la société Prest’action (chapitre 2).

Dans l’affaire Prest’action, cette société s’était vue confier par la ville de Rouen la vente d’encarts publicitaires de revues municipales (prospection des annonceurs, facturation des espaces et préparation de la mise en page des annonces). Les clauses du marché prévoient que la société reverse à la ville une partie des recettes perçues par les annonceurs. Un montant minimal est fixé. La première année, la somme versée est inférieure au montant minimal défini, et la ville, via un titre exécutoire, demande le montant restant.

Le Conseil d’État a qualifié les sommes perçues par la requérante de « recettes privées », ce qui « lui permettra de valider le marché conclu par celle-ci avec la ville de Rouen et de rejeter la requête de la Société Prest’action qui demandait l’annulation du titre exécutoire ». Ses arguments étant : « un mandatement illégal pour recouvrer les recettes des encarts publicitaires, en contravention avec le principe d’exclusivité reconnue au comptable public en la matière posé par le Conseil d’État ».

Valérie Siddahchetty

Texte de référence :

Téléchargez le document au format pdf L’article « La compétence exclusive du comptable public réaffirmée par le Conseil d’État, » pages 260 à 266 du magazine, Le Courrier juridique des Finances et de l’Industrie, n° 58, quatrième trimestre 2009

 

L'analyse des spécialistes

  • La loi d'orientation des mobilités porte décentralisation de la décision d'augmentation des vitesses maximales autorisées à 90 km/h Urbanisme

    La loi d’orientation des mobilités porte décentralisation de la décision d’augmentation des vitesses maximales autorisées à 90 km/h

    24/01/20
    Contrairement à ce qui peut être relayé par les médias, le retour de la vitesse maximale autorisée à 90 km/h sur les routes secondaires ne sera pas immédiat. Une méthodologie associant tous les acteurs de la prévention routière et la rédaction de chartes seront nécessaires pour sécuriser juridiquement les arrêtés pris par les présidents de département, les maires et les présidents d'établissement public de coopération intercommunale (EPCI).
  • La performance énergétique dans les bâtiments à usage tertiaire : retour sur le décret « tertiaire » du 23 juillet 2019 Énergie

    La performance énergétique dans les bâtiments à usage tertiaire : retour sur le décret « tertiaire » du 23 juillet 2019

    16/01/20
    Le décret n° 2019-771 du 23 juillet 2019 relatif aux obligations d’actions de réduction de la consommation d’énergie finale dans les bâtiments à usage tertiaire, dit « décret tertiaire », est entré en vigueur le 1er octobre 2019, et doit être précisé par un arrêté ministériel dont la parution est attendue prochainement. Précisions.
  • L'encadrement du processus de recrutement des agents contractuels précisé par décret Statut

    L’encadrement du processus de recrutement des agents contractuels précisé par décret

    14/01/20
    La loi du 6 août 2019 a procédé à l'élargissement des cas de recours aux agents contractuels pour pourvoir des emplois permanents, et a pris soin de renvoyer à l'adoption d'un décret, pour apporter les garanties nécessaires au respect du principe d'égale admissibilité aux emplois publics.
  • Tous les articles juridiques