De Tilloy-lès-Mofflaines à Paris, les budgets participatifs se multiplient en France

Finances locales

Signe de l’attractivité de cet outil de démocratie locale, le nombre de municipalités françaises proposant un budget participatif a quasiment doublé l’an dernier.

Selon une étude faisant référence réalisée par Antoine Bézard pour son site lesbudgetsparticipatifs.fr, quelque 47 communes étaient concernées en 2017, contre 25 en 2016 et seulement six avant les dernières élections municipales, en 2014.

Un essor qu’Antoine Bézard explique en partie par le développement de « plateformes digitales participatives » facilitant les consultations, alors que plusieurs initiatives s’étaient rapidement essoufflées en France au début des années 2000.

De Tilloy-lès-Mofflaines (Pas-de-Calais) et ses 1 450 habitants à Paris, des communes de toutes tailles sont concernées. Celles de 5 000 à 20 000 habitants, aussi bien en milieu rural qu’urbain, sont cependant les plus nombreuses à proposer à leurs citoyens des budgets participatifs, qui ont particulièrement la cote dans le Nord, le Pas-de-Calais et en banlieue parisienne.

Parmi les grandes villes, Paris, Rennes, Grenoble, Metz ou Orléans seront rejointes dans les prochains mois par Lille et Angers.

D’après l’étude d’Antoine Bézard, 84 % des communes engagées en 2016 dans un budget participatif « se classaient à gauche de l’échiquier politique ». Une proportion en net recul (65,5 %) l’an dernier.

Les enveloppes consacrées aux budgets participatifs ont également fortement reculé en 2017 (8,90 euros par habitant) par rapport à 2016 (11,83 euros par habitant). La faute notamment, selon Antoine Bézard, à « l’arrivée de nouveaux entrants qui entendent « expérimenter » le budget participatif avec des sommes modestes ».

La municipalité d’Orléans s’est ainsi lancée l’an dernier avec 100 000 euros, soit moins d’un euro par habitant, très loin des 45 euros investis pour chaque Parisien dans le cadre du budget participatif de la capitale, l’une des premières villes françaises à avoir remis cet outil au goût du jour, dès 2014.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2018

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum