Dexia : la nationalisation « fait partie » des solutions à l’étude

Finances locales

La nationalisation de la filiale française de Dexia, Dexia crédit local (DCL), fait partie des scénarios actuellement à l’étude, a indiqué vendredi à l’AFP le président de la Commission de surveillance de la Caisse des dépôts, Michel Bouvard.

« Il y a X solutions, celle-ci en fait partie », a déclaré M. Bouvard, en réaction à un article paru vendredi dans Les Echos. Contacté jeudi soir par l’AFP, le ministère de l’Economie avait affirmé n’avoir « aucune connaissance de ce type de projet », qui inclurait également la nationalisation de Dexia municipal agency (Dexma), qui refinance les prêts aux collectivités accordés par DCL.

Interrogé vendredi, un porte-parole de Dexia n’a pas souhaité commenter ces déclarations. La Belgique, la France et le Luxembourg se sont portés en octobre au secours de Dexia, au bord de l’asphyxie, en organisant son démantèlement pour lui éviter la faillite. Ils se sont entendus sur le principe d’une garantie de 90 milliards d’euros aux financements du groupe pour faciliter l’opération.

En France, la Caisse des dépôts (CDC) et la Banque Postale doivent prendre le relais des activités de Dexia crédit local (DCL) en matière de financement des collectivités. Mais les négociations piétinent et la mise en place du nouveau véhicule de financement n’est pas prévue avant juin. Dans l’attente de la création de cette nouvelle structure, le marché du crédit aux collectivités est gravement sinistré.

Les banques étrangères se sont désengagées et les établissements français, autres que Dexia, vont maintenir leurs encours au même niveau, sans prendre le relais des acteurs qui sortent du marché. Quant à Dexia crédit local, il a déjà indiqué que sa prévision de production de crédit aux collectivités était, pour l’heure, de zéro pour 2012.

Pour éviter un assèchement total du crédit (« credit crunch »), une enveloppe de 5 milliards d’euros a été débloquée pour les collectivités locales et les hôpitaux publics pour les aider à financer des investissements à la fin de 2011 et au début de 2012.

Selon Les Echos, plusieurs éléments intervenus depuis la signature du protocole d’accord entre la CDC, la Banque Postale et Dexia, notamment la possibilité d’une dégradation de la note de la France, compliqueraient encore davantage des négociations déjà difficiles.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2011

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum