Manuel Valls annonce l’état de catastrophe naturelle pour les communes sinistrées

Finances locales

Manuel Valls a annoncé la déclaration prochaine de l’état de catastrophe naturelle pour les communes sinistrées lors des récentes intempéries dans le Sud-Est après avoir rencontré dimanche 20 septembre à Montpellier une dizaine d’élus et parlementaires de l’Hérault.

« La solidarité nationale jouera. La procédure d’état de catastrophe naturelle sera déclarée dans les prochains jours pour une trentaine de communes de l’Hérault », a indiqué le Premier ministre, en déplacement à Montpellier pour une intervention lors du congrès national du Parti radical de gauche (PRG).

M. Valls a ainsi délivré « un message de solidarité » du gouvernement devant plusieurs élus locaux, notamment le président de la région Languedoc-Roussillon, Damien Alary (PS), le président du conseil départemental de l’Hérault, Kléber Mesquida (PS), le sénateur-maire de Castelnau-le-lez, Jean-Pierre Grand (Les Républicains), ou la maire socialiste de Lodève, Marie-Christine Bousquet.

Le Premier ministre a salué « les pompiers, les gendarmes et les bénévoles », qui sont intervenus lors des derniers épisodes orageux « et qui ont permis cette fois qu’il n’y ait pas de drame humain », a-t-il déclaré.

Relevant cependant que les dégâts matériels avaient été « très importants », notamment dans la vigne, il a affirmé que « les efforts de la filière ne doivent pas être anéantis par cet épisode », souhaitant la mise en œuvre rapide de « la procédure de calamité agricole ».

Reprenant une proposition du président du conseil départemental, M. Valls a souligné l’urgence de « mener des études sur les cours d’eau », dont les crues subites peuvent causer d’énormes dégâts.

« Soixante millions d’euros sont prévus dans le cadre du contrat de plan État/Région. Nous mènerons aussi une inspection concernant l’autoroute A75 (Clermont-Ferrand/Béziers dont un pan entier s’est effondré le 12 septembre dans l’Hérault) », a-t-il ainsi affirmé.

Matignon va également « examiner la possibilité de faire intervenir l’armée pour dégager des terrains, des cours d’eau, dans les jours qui viennent. Il ne faut pas s’interdire cette possibilité, qui apportera de l’aide aux services communaux et intercommunaux ».

M. Valls a aussi évoqué les dégâts importants causés le 12 septembre à l’hôpital de Lodève, indiquant qu’il y aurait prochainement une inspection de l’Agence régionale de santé (ARS) sur ce site.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2015

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum