Réunion à Lyon de l’alliance les « Quatre moteurs pour l’Europe »

Finances locales

Les régions Rhône-Alpes, Bade Wurtemberg (Allemagne), Catalogne (Espagne) et Lombardie (Italie), réunies dans l’alliance « Quatre Moteurs pour l’Europe », ont souligné lundi 9 juillet à Lyon la nécessité d’une « Europe plus forte » mettant l’accent sur la « recherche », la « transition énergétique » et la « participation des citoyens ».

« La force des Quatre Moteurs repose sur l’ensemble que nous constituons : 35 millions d’habitants, 8 % du PIB européen, une position de leader dans nombre de domaines de l’économie, de la recherche et de l’enseignement supérieur », a souligné le président de la Région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne, en passant le relais de la présidence de cette alliance créée en 1988 au président du Bade Wurtemberg, Winfried Kretschmann.

« La crise européenne est une crise de confiance, de plus en plus de citoyens sont sceptiques mais on a besoin de plus d’Europe », a assuré M. Kretschmann énonçant les « quatre axes prioritaires » de sa présidence. Il a ainsi souligné la nécessité de renforcer la « participation des citoyens » pour « les associer au processus législatif », ainsi que l’importance d' »investir dans la formation » des jeunes et de « créer des conditions d’échanges d’apprentis et d’enseignants ». Il a également exprimé sa volonté d' »instaurer une coopération » du réseau avec l’espace danubien, cet axe fluvial partagé par une douzaine de pays hétérogènes.

Autre axe prioritaire : la « protection du climat et de l’environnement », alors que l’Allemagne s’est fixée l’an dernier le projet de sortir du nucléaire d’ici 10 ans. « Les objectifs que l’Europe s’est fixée en matière de réduction des émissions ne seront pas tenus et il est donc indispensable que les régions collaborent pour infléchir la tendance », a assuré pour sa part Roger Leron, président de Rhône-Alpes énergie environnement (RAEE), l’un des témoins de la « société civile ». « Les régions ont un rôle crucial à jouer », a souligné de son côté la présidente du comité des régions d’Europe, Mercedes Bresso, notant que le « danger » était la « baisse drastique des financements publics des régions et des recettes fiscales ».

En Rhône-Alpes, le programme d’investissements a toutefois pu être maintenu, grâce au succès d’un « programme d’obligations régionales », a souligné M. Queyranne.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum