Licenciement d'un assistant maternel

Fonction publique

Dans un arrêt du 30 mai 2016, le Conseil d’État précise les modalités de l’entretien préalable au licenciement d’une assistante maternelle ainsi que l’étendue du devoir d’information du conseil général qui l’emploie.

Les articles L. 423-10 et L. 422-1 du Code de l’action sociale et des familles prévoient que l’entretien préalable au licenciement d’un assistant maternel se fait dans les conditions prévues, notamment, à l’article L. 1232-4 du Code du travail. Cet article dispose que le salarié peut se faire assister par une personne de son choix appartenant au personnel de l’entreprise et que, s’il n’y a pas d’institutions représentatives du personnel dans l’entreprise, il est informé de sa possibilité de se faire assister par un membre du personnel de l’entreprise ou par un conseiller du salarié choisi sur une liste dressée par l’administration.

Le Conseil d’État indique qu’un département doit être regardé comme étant doté d’une institution représentative du personnel. Dans ces conditions, un président du conseil général n’est tenu, dans la convocation de l’agent à l’entretien préalable à son licenciement, ni d’indiquer qu’il peut se faire assister d’un conseiller du salarié, ni de lui communiquer l’adresse des services dans lesquels la liste de ces conseillers sont à sa disposition.

 

Texte de référence : Conseil d’État, 4e – 5e chambres réunies, 30 mai 2016, n° 381274

L'analyse des spécialistes

  • Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale Urbanisme

    Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale

    27/07/20
    Deux ordonnances, prises en application de la loi Élan de 2018, ont été publiées le 18 juin 2020 afin de simplifier la planification territoriale.
  • Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI Élus

    Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI

    24/07/20
    L’article 11 de la loi n° 2020-760 du 22 juin 2020 s’inscrit dans la continuité de la loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 dite « engagement et proximité ». Cette dernière a pour objectif de retisser le lien entre l’État et les élus locaux, particulièrement les maires qui se sont estimés malmenés depuis l’adoption de la loi NOTRe. L’article 11 précité contribue à repositionner les maires dans l’intercommunalité en supprimant l’automaticité des transferts des pouvoirs de police spéciale aux présidents des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) au moment de leur élection.
  • L'élaboration du projet de loi "3D" à l’épreuve de la Covid-19 Administration

    L’élaboration du projet de loi « 3D » à l’épreuve de la Covid-19

    10/07/20
    Le 6 janvier 2020, Madame Jacqueline Gourault a prononcé un discours à Arras dans lequel elle exposait le souhait du Gouvernement d'associer les élus locaux à la construction d'un projet de loi visant à redéfinir les relations entre l'État et les collectivités territoriales1. Des concertations devaient être menées jusqu'en juin 2020.
  • Tous les articles juridiques