Marylise Lebranchu admet une "situation difficile pour les fonctionnaires"

Fonction publique

La ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu a admis mardi 29 janvier « une situation difficile pour les fonctionnaires », mais a aussitôt rappelé « les contraintes budgétaires », à l’avant-veille d’une journée de mobilisation à l’appel de trois syndicats.

« C’est difficile pour les fonctionnaires (…), mais ils savent, comme tout le monde, qu’il y a des contraintes budgétaires », a affirmé la ministre lors de ses vœux à la presse pour l’année 2013.

La ministre a dit comprendre que les fonctionnaires veuillent « une reconnaissance plus vite », mais a prévenu : « Attention, on est sur le même bateau et si l’action publique était abîmée par des déficits publics trop forts, que nous perdions une part de souveraineté, vous seriez aussi en difficulté. »

« À force de dire aux fonctionnaires qu’ils sont une charge et pas une chance, c’est vrai qu’on a pu un moment les décourager », a estimé Mme Lebranchu, qui a insisté sur la nécessité d’impliquer les fonctionnaires dans la modernisation de la fonction publique. « Je les décourage aussi parfois, même souvent, parce que je leur confirme que nous allons parler à budget constant et de l’absence de créations d’emplois nouvelles en dehors des secteurs prioritaires », a-t-elle ajouté.

La ministre a dit aussi « comprendre » qu’il y ait un mouvement de grève, mais a noté que « des mesures pouvaient être prises pour améliorer les conditions de travail », évoquant notamment la formation professionnelle, les passerelles entre les fonctions publiques, l’égalité hommes-femmes.

La CGT, FSU et Solidaires, qui totalisent 40 % des voix chez les agents, ont déposé des préavis de grève pour les trois versants de la Fonction publique (État, territoriale et hospitalière). Les syndicats attendent des gestes concrets en matière salariale, mais défendent aussi des revendications concernant l’emploi ou la journée de carence (non indemnisée) en cas d’arrêt maladie. Quelque 120 rassemblements et manifestations sont prévus jeudi 31 janvier 2013 dans l’ensemble de la France.

Abordant la réforme de la décentralisation, Mme Lebranchu, ministre en charge de ce dossier, a affirmé que le projet de loi, qui sera « déposé au mois de mars », pour un examen par le Parlement en mai, allait « reconnaître la diversité des territoires ».

« Si la République est unique et indivisible, elle n’a pas à se réfugier derrière l’uniformité » et il faut au contraire « prendre acte de cette diversité », a-t-elle expliqué.

Selon la ministre, c’est aussi « le moment de reconnaître le fait urbain » dans la réforme de la décentralisation. Pour autant, disant avoir « constaté des sentiments d’abandon en milieu rural », Mme Lebranchu a insisté sur le besoin de « répondre aux inégalités territoriales ». « Ce n’est pas une mince affaire, en termes de péréquation financière », a-t-elle confié. Les élus du monde rural s’étaient mobilisés à ce sujet en décembre.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

L'analyse des spécialistes

  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #6 Développement durable

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #6

    16/09/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • L'essentiel de l'été 2019 : récap des 30 actualités territoriales à ne pas manquer Administration

    L’essentiel de l’été 2019 : récap des 30 actualités territoriales à ne pas manquer

    12/09/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Municipales 2020 : maîtriser la comptabilisation des dépenses électorales Élus

    Municipales 2020 : maîtriser la comptabilisation des dépenses électorales

    06/09/19
    La campagne comptable, en vue des élections municipales de 2020 dans les communes de plus de 9 000 habitants, a débuté le 1er septembre 2019 et devrait se poursuivre jusqu’à la date du dépôt du compte de campagne du candidat. Le mandataire joue un rôle majeur pour régler les dépenses des candidats durant cette période.
  • Tous les articles juridiques