Un quart des collectivités entend encore recruter, malgré la baisse des dotations

Fonction publique

Les collectivités territoriales font de la maîtrise de la masse salariale une priorité dans un contexte de baisse des dotations de l’État, mais dans le même temps, un quart d’entre elles prévoient encore de recruter, selon une étude publiée jeudi 6 novembre.

Cette année, les fonds versés par l’État aux collectivités diminuent de 1,5 milliard d’euros, ils baisseront de 3,7 milliards l’an prochain et d’autant pour chacune des deux années suivantes.

Dans ce contexte, selon le « baromètre RH des collectivités locales 2014 » publié par Randstad, la maîtrise de la masse salariale arrive en tête des priorités pour 66 % des communes, 60 % des intercommunalités et 51 % des conseils généraux et régionaux.

Près de neuf collectivités sur dix (86 %) indiquent notamment que la réduction des dotations va influencer leur politique de recrutement et de gestion des ressources humaines. Pourtant, un quart des collectivités (24 %) prévoit d’augmenter ses effectifs en 2014, une proportion plus importante que celles qui prévoient une baisse (20 %).

Pour le directeur général du groupe Randstad France, Abdel Aïssou, « les collectivités opèrent une prise de conscience » sous « la pression conjuguée des critiques de la Cour des comptes sur la hausse continue des effectifs et de la baisse des dotations de l’État ». Mais, « reste désormais le plus dur : passer de la parole aux actes ».

L’étude a été menée en ligne du 17 juin au 18 août auprès de 398 communes, intercommunalités et conseils généraux ou régionaux.

Selon le dernier rapport annuel sur l’état de la fonction publique, la Territoriale employait 1,8 million de personnes fin 2012, un chiffre en hausse de 1,7 % sur un an.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

L'analyse des spécialistes

  • Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale Urbanisme

    Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale

    27/07/20
    Deux ordonnances, prises en application de la loi Élan de 2018, ont été publiées le 18 juin 2020 afin de simplifier la planification territoriale.
  • Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI Élus

    Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI

    24/07/20
    L’article 11 de la loi n° 2020-760 du 22 juin 2020 s’inscrit dans la continuité de la loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 dite « engagement et proximité ». Cette dernière a pour objectif de retisser le lien entre l’État et les élus locaux, particulièrement les maires qui se sont estimés malmenés depuis l’adoption de la loi NOTRe. L’article 11 précité contribue à repositionner les maires dans l’intercommunalité en supprimant l’automaticité des transferts des pouvoirs de police spéciale aux présidents des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) au moment de leur élection.
  • L'élaboration du projet de loi "3D" à l’épreuve de la Covid-19 Administration

    L’élaboration du projet de loi « 3D » à l’épreuve de la Covid-19

    10/07/20
    Le 6 janvier 2020, Madame Jacqueline Gourault a prononcé un discours à Arras dans lequel elle exposait le souhait du Gouvernement d'associer les élus locaux à la construction d'un projet de loi visant à redéfinir les relations entre l'État et les collectivités territoriales1. Des concertations devaient être menées jusqu'en juin 2020.
  • Tous les articles juridiques