Les Alpes-Maritimes dotées d’un schéma de coopération intercommunale

Intercommunalité

Les élus des Alpes-Maritimes ont été parmi les premiers en France à adopter vendredi un schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) sur fond de bras de fer entre le Sénat et le gouvernement à propos de la réforme territoriale.

Le schéma proposé a été adopté par 34 voix pour, 11 contre et 1 abstention, le maire UMP de Cannes, Bernard Brochand. Son homologue UMP de Nice, Christian Estrosi, a défendu ces derniers mois le périmètre de la « métropole de Nice », qui s’étend de la baie des Anges au parc national du Mercantour dans l’arrière-pays.

Mécontentes, des communes ont organisé des référendums populaires comme dans la vallée montagneuse et isolée de la Roya, à l’est, rattachée aujourd’hui à la riche commune littorale de Menton. « Il y a des départements où l’exercice est impossible », s’est félicité le député et président du conseil général, Éric Ciotti (UMP).

La réforme de la territorialité, votée en 2010, a donné en principe aux élus jusqu’au 31 décembre 2011 pour arrêter les SDCI, élaborés sous la houlette des préfets. Mais cette échéance a été retardée.

La majorité de gauche au Sénat a adopté il y a une semaine en première lecture une proposition de loi modifiant radicalement le volet de la réforme sur le regroupement des communes, à laquelle le gouvernement a opposé une fin de non-recevoir.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2011

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum