Métropole Grand Paris: les élus se donnent 8 jours pour « trouver un consensus »

Intercommunalité

Les 226 élus franciliens siégeant à la Mission de préfiguration de la Métropole du Grand Paris se sont donné mardi huit jours de plus pour « trouver un consensus » sur la définition de la métropole qu’ils présenteront au gouvernement.

Cet article fait partie du dossier :

Administration RÉFORME TERRITORIALE : LA TECTONIQUE DES CARTES Voir le dossier

Depuis que le Premier ministre Manuel Valls a ouvert la porte en juillet à une modification de l’article 12 de la loi d’affirmation des métropoles (Maptam) portant création de celle du Grand Paris qui faisait disparaître les intercommunalités existantes en les transformant en simples « territoires », les élus tentent de présenter un front uni et une nouvelle version de la métropole.

Réunis mardi en conseil des élus, ces maires et conseillers municipaux de Paris, présidents d’intercommunalités, de conseils généraux, et du conseil régional ont décidé « de se retrouver le 8 octobre pour voter : il faut parfois donner du temps au temps pour trouver un consensus », a expliqué à la presse Daniel Guiraud (PS), président de Paris Métropole et co-président de la Mission.

« On a voté aujourd’hui le principe de la recherche de ce consensus, dans huit jours on verra si on y arrive », a ajouté le maire des Lilas (Seine-Saint-Denis). « On s’est contraint nous-mêmes à ne choisir qu’un seul scénario qui ne soit pas un scénario vide », a renchéri Patrick Devedjian (UMP), président des Hauts-de-Seine et très opposé au « consensus » qui prend forme chez les élus.

Actuellement, les élus de gauche et de droite ont fait émerger « 5 points de convergence », qui devront structurer la métropole de leurs vœux : « la garantie de ressources pour les territoires, la progressivité de l’évolution de la constitution de la Métropole, le respect du calendrier pour une création au 1er janvier 2016, prendre le temps de définir ce qu’est l’intérêt métropolitain et enfin la notion de partage de la fiscalité entre la Métropole et les territoires », a énuméré M. Guiraud.

Cette esquisse serait donc un « cinquième scénario » à ajouter aux quatre scenarii détaillés dans le rapport sur « l’évolution du statut des territoires de la Métropole » qu’a par ailleurs rendu mardi au gouvernement la même Mission de préfiguration.

Manuel Valls « dira ce qu’il a à dire lors du comité interministériel du 13 octobre » consacré au Grand Paris, a-t-on indiqué à Matignon. Pour l’heure, le Premier ministre n’a pas caché sa préférence pour une métropole forte, captant toute la fiscalité. 
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum