Les Restos du Cœur en danger ?

Lutte contre les exclusions

La France se mobilise pour sauvegarder le Programme européen d’aide aux plus démunis, aujourd’hui menacé.

Le Programme européen d’aide aux plus démunis (PEAD), instauré à l’occasion de l’hiver exceptionnellement froid de 1986-87, permet aux Européens les plus pauvres de bénéficier d’une aide alimentaire. Ce programme est aujourd’hui menacé. Lors de la prochaine réunion du Conseil des ministres de l’Agriculture de l’Union européenne, prévue le 20 octobre, l’Europe pourrait en effet décider de réduire le PEAD de 480 millions d’euros en 2011 à 115 millions en 2012, voire de le supprimer.

Actuellement, six États européens – Allemagne, Royaume-Uni, Pays-Bas, République Tchèque, Danemark, Suède – s’opposent à la poursuite du programme pour 2012-2013. Ils s’appuient sur une décision de la Cour de justice européenne, selon laquelle le fonctionnement du PEAD est considéré comme un détournement de l’objectif initial de la politique agricole commune (PAC).

Une telle décision serait une catastrophe pour les quatre associations habilitées en France. À savoir : les Restos du Cœur, la Croix-Rouge, le Secours populaire et les Banques alimentaires. En 2011, elles ont reçu 72 millions d’euros d’aide du PEAD, leur permettant de distribuer quelque 130 millions de repas.

Au lendemain du dernier Conseil des ministres européens de l’Agriculture, le ministre français a reçu les représentants des quatre associations habilitées à distribuer le programme européen d’aide aux plus démunis pour tenter de les rassurer. Bruno Le Maire leur a confirmé la pleine mobilisation de la France pour sauver le PEAD.

De son côté, le ministre chargé des Affaires européennes, Jean Leonetti, continuera « à mobiliser ses homologues européens, mais aussi les institutions européennes, afin de parvenir à une solution pragmatique pour maintenir l’aide alimentaire d’urgence ».

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum