Paris : réformer l’hébergement d’urgence en hôtel

Lutte contre les exclusions

La mairie du 18e arrondissement de Paris a été désignée, en mai 2009, par Bertrand Delanoë, comme arrondissement pilote pour repenser le dispositif d’hébergement d’urgence pour les familles en difficulté à l’échelle parisienne.

Le 18e arrondissement concentre à lui seul 25 % des 1 000 familles hébergées à Paris à l’hôtel via l’Aide sociale à l’enfance (ASE), et 144 des 648 hôtels meublés parisiens pratiquant l’hébergement social.

Le 4 février 2010, se tenaient les États généraux de l’hébergement d’urgence en hôtel à l’initiative de la mairie du 18e. Élus, services sociaux, Samu social, institutions, Atelier parisien d’urbanisme et associations partenaires ont contribué à dresser un état des lieux de la situation de l’arrondissement et à faire des propositions d’amélioration. De cette réflexion, conduite en partenariat avec la mairie de Paris, est issu le rapport sur les États généraux de l’hébergement d’urgence. Ce « rapport qui s’achève sur 5 principales mesures préconisées par la mairie du 18e afin d’améliorer le dispositif d’hébergement hôtelier » a été remis au maire de Paris, Bertrand Delanoë, à Olga Trostiansky, adjointe au maire de Paris, chargée de la Solidarité, de la Famille et de la Lutte contre l’exclusion et Myriam El Khomri, adjointe au maire de Paris, chargée de la Protection de l’enfance et de la Prévention spécialisée.

En premier lieu, les élus du 18e suggèrent de reconsidérer le niveau des amendes prévues par le Réglement sanitaire départemental , de façon à « pouvoir condamner plus lourdement les contrevenants lorsqu’ils passent devant le tribunal de police ». La mise en place d’une plateforme de réservation hôtelière serait à préconiser pour permettre de placer plus facilement les familles concernées dans les hôtels disponibles.

Ce système aurait pour conséquence de mieux négocier donc de contrôler les tarifs et donc d’encadrer les pratiques ; pour les travailleurs sociaux de se concentrer sur l’accompagnement social ; de mettre en œuvre une charte de qualité des prestations hôtelières à laquelle les hôteliers devraient adhérer.

Le rapport recommande également « la systématisation du contrôle des hôtels et la prise en compte du confort minimum ». Une charte de qualité des prestations hôtelières devrait être créée qui engagerait les hôteliers adhérents, selon le rapport. Enfin, les élus du 18e arrondissement souhaitent une meilleure répartition territoriale de ce mode de logement social, soulignant que leur arrondissement concentre à Paris le plus grand nombre de structures d’hébergement/logements sociaux (maisons relais, résidences sociales, etc.).

En savoir plus :

Téléchargez le document au format pdf Rapport sur les États généraux de l’hébergement d’urgence

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum