À Chartres, la notation des policiers dépend dorénavant du nombre des PV dressés

Management

Les policiers du commissariat de Chartres seront désormais notés également en fonction du nombre des contraventions dressées, selon une note de service consultée jeudi 31 octobre 2013 par l’AFP.

Dans cette note de service datée du 25 octobre, un commandant de police évoque la baisse, voire l’inexistence de l’activité contraventionnelle du commissariat de Chartres « depuis la mise en place du procès verbal électronique« .

Il prévient donc que « l’activité contraventionnelle » figurera dorénavant dans les critères de notation de chaque fonctionnaire. « Tout manquement à cette consigne devra être signalé par les chefs de brigade », ajoute-t-il. La notation d’un fonctionnaire de police peut jouer dans son éventuel avancement, pour ses mutations ou les stages qu’il souhaite effectuer.

Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, à de nombreuses reprises, a  assuré que la politique du chiffre était abandonnée. Il avait notamment déclaré en juin 2012 vouloir « passer d’une politique du chiffre à une exigence de sécurité pour tous les Français ».

« Non content de nous menacer de supprimer nos repos, voilà maintenant que l’on sous-entend qu’il n’y aura pas d’évolution de carrière si le policier n’a pas d’activité contraventionnelle soutenue », a réagi le secrétaire général adjoint du syndicat Alliance (2e syndicat des gardiens de la paix), Frédéric Lagache. « On voit bien le décalage entre la volonté ministérielle de ne pas faire du chiffre et la réelle application sur le terrain », a-t-il ajouté.

Le 24 octobre, l’AFP avait fait état d’une autre note signée par un commandant de la CRS autoroutière du sud de l’Île-de-France demandant aux CRS sous ses ordres de dresser au moins trois procès verbaux électronique par vacation, sous peine de ne pas leur accorder de repos en fin d’année. La Direction générale de la police nationale (DGPN) avait nié toute « politique de quotas » de PV « au plan national ».
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013
 

Weka vous propose de découvrir une fiche extraite de l’ouvrage Gérer un service de police municipale au quotidien :

 

Livre blanc

Le policier municipal et le procès-verbal électronique

Lancé en 2009, le procès-verbal électronique (PVe) est déployé progressivement sur le territoire et sa mise en place est effective depuis juin 2012 pour les services de gendarmerie et de police nationale. Quelles sont les ...

Télécharger le livre blanc

L'analyse des spécialistes

  • Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale Urbanisme

    Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale

    27/07/20
    Deux ordonnances, prises en application de la loi Élan de 2018, ont été publiées le 18 juin 2020 afin de simplifier la planification territoriale.
  • Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI Élus

    Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI

    24/07/20
    L’article 11 de la loi n° 2020-760 du 22 juin 2020 s’inscrit dans la continuité de la loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 dite « engagement et proximité ». Cette dernière a pour objectif de retisser le lien entre l’État et les élus locaux, particulièrement les maires qui se sont estimés malmenés depuis l’adoption de la loi NOTRe. L’article 11 précité contribue à repositionner les maires dans l’intercommunalité en supprimant l’automaticité des transferts des pouvoirs de police spéciale aux présidents des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) au moment de leur élection.
  • L'élaboration du projet de loi "3D" à l’épreuve de la Covid-19 Administration

    L’élaboration du projet de loi « 3D » à l’épreuve de la Covid-19

    10/07/20
    Le 6 janvier 2020, Madame Jacqueline Gourault a prononcé un discours à Arras dans lequel elle exposait le souhait du Gouvernement d'associer les élus locaux à la construction d'un projet de loi visant à redéfinir les relations entre l'État et les collectivités territoriales1. Des concertations devaient être menées jusqu'en juin 2020.
  • Tous les articles juridiques