Licenciement et difficultés managériales

Management

Des difficultés relationnelles et managériales peuvent justifiées le licenciement d’un cadre.

Le commandement autoritaire, une écoute insuffisante de ses collaborateurs, la prise de décisions abruptes et incomprises de ses services, la rétention d’informations et la prise d’instructions tardives générant une urgence artificielle n’entache la décision de licenciement de l’employeur, ni d’une erreur quant à la matérialité des faits, ni d’une erreur d’appréciation.

Par contre, au terme de l’article 42 du décret du 15 février 1988, la décision de licenciement d’un contractuel doit être motivée. Le seul fait de constater que « l’attitude distante et le management abrupt de l’intéressé ont été perçus par ses collaborateurs comme la marque d’un désintérêt à leur égard, voire d’un dénigrement du travail accompli, à l’origine d’un mal-être exprimé auprès du médecin de prévention et de la directrice des ressources humaines » ne constitue pas une motivation suffisante.
 

Texte de référence : Cour Administrative d’Appel de Nancy, 3e chambre – formation à 3, 9 janvier 2014, n° 13NC00867, Inédit au recueil Lebon

L'analyse des spécialistes

  • La loi d'orientation des mobilités porte décentralisation de la décision d'augmentation des vitesses maximales autorisées à 90 km/h Urbanisme

    La loi d’orientation des mobilités porte décentralisation de la décision d’augmentation des vitesses maximales autorisées à 90 km/h

    24/01/20
    Contrairement à ce qui peut être relayé par les médias, le retour de la vitesse maximale autorisée à 90 km/h sur les routes secondaires ne sera pas immédiat. Une méthodologie associant tous les acteurs de la prévention routière et la rédaction de chartes seront nécessaires pour sécuriser juridiquement les arrêtés pris par les présidents de département, les maires et les présidents d'établissement public de coopération intercommunale (EPCI).
  • La performance énergétique dans les bâtiments à usage tertiaire : retour sur le décret « tertiaire » du 23 juillet 2019 Énergie

    La performance énergétique dans les bâtiments à usage tertiaire : retour sur le décret « tertiaire » du 23 juillet 2019

    16/01/20
    Le décret n° 2019-771 du 23 juillet 2019 relatif aux obligations d’actions de réduction de la consommation d’énergie finale dans les bâtiments à usage tertiaire, dit « décret tertiaire », est entré en vigueur le 1er octobre 2019, et doit être précisé par un arrêté ministériel dont la parution est attendue prochainement. Précisions.
  • L'encadrement du processus de recrutement des agents contractuels précisé par décret Statut

    L’encadrement du processus de recrutement des agents contractuels précisé par décret

    14/01/20
    La loi du 6 août 2019 a procédé à l'élargissement des cas de recours aux agents contractuels pour pourvoir des emplois permanents, et a pris soin de renvoyer à l'adoption d'un décret, pour apporter les garanties nécessaires au respect du principe d'égale admissibilité aux emplois publics.
  • Tous les articles juridiques