Licenciement et difficultés managériales

Management

Des difficultés relationnelles et managériales peuvent justifiées le licenciement d’un cadre.

Le commandement autoritaire, une écoute insuffisante de ses collaborateurs, la prise de décisions abruptes et incomprises de ses services, la rétention d’informations et la prise d’instructions tardives générant une urgence artificielle n’entache la décision de licenciement de l’employeur, ni d’une erreur quant à la matérialité des faits, ni d’une erreur d’appréciation.

Par contre, au terme de l’article 42 du décret du 15 février 1988, la décision de licenciement d’un contractuel doit être motivée. Le seul fait de constater que « l’attitude distante et le management abrupt de l’intéressé ont été perçus par ses collaborateurs comme la marque d’un désintérêt à leur égard, voire d’un dénigrement du travail accompli, à l’origine d’un mal-être exprimé auprès du médecin de prévention et de la directrice des ressources humaines » ne constitue pas une motivation suffisante.
 

Texte de référence : Cour Administrative d’Appel de Nancy, 3e chambre – formation à 3, 9 janvier 2014, n° 13NC00867, Inédit au recueil Lebon

L'analyse des spécialistes

  • L'entretien individuel dans la fonction publique hospitalière, outil de mesure pertinent de la valeur professionnelle ? Santé

    L’entretien individuel dans la fonction publique hospitalière, outil de mesure pertinent de la valeur professionnelle ?

    03/07/20
    Le remplacement de la notation par l’entretien professionnel dans la fonction publique hospitalière vise à retisser le lien - altéré par le système de notation - entre la valeur professionnelle de l’agent, sa rémunération et le déroulement de sa carrière.
  • Second tour des élections municipales et procurations Élus

    Second tour des élections municipales et procurations

    23/06/20
    L'actualité récente relative au second tour des élections municipales, notamment les articles dans la presse faisant état de manœuvres frauduleuses en ce qui concerne l'établissement des procurations, a relégué en arrière-plan deux textes récents qui assouplissent les conditions des procurations pour lutter contre l'abstention. Toutefois, une vigilance sera nécessaire pour garantir la sincérité du scrutin.
  • La constitutionnalité de la loi du 23 mars 2020 Élus

    La constitutionnalité de la loi du 23 mars 2020

    18/06/20
    La loi du 23 mars 2020 a maintenu le premier tour du 15 mars 2020 et reporté le second tour des élections municipales. Dans une décision n° 2020-849 QPC du 17 juin 2020 M. Daniel D. et autres, le Conseil constitutionnel a jugé que cette loi est conforme à la Constitution1.
  • Tous les articles juridiques