Le salaire des mères plus pénalisé dans le privé

Parité

Le fait d’avoir des enfants pénalise davantage le salaire des mères dans le privé que dans le public, souligne une enquête publiée par le Centre d’études de l’emploi.

Dans les deux cas, les mères de deux enfants ou plus perçoivent des salaires mensuels plus faibles que les femmes sans enfant, « principalement parce qu’elles effectuent moins d’heures », relèvent ses auteurs.

Mais la comparaison des deux secteurs montre un effet « plus marqué » pour les salariées du privé, constatent-ils.

Ainsi, dans le secteur privé, le salaire mensuel moyen des mères de deux enfants est inférieur de près de 12 % à celui des femmes sans enfant quand il est plus bas de 6 % dans le public.

La raison est d’abord à chercher dans les interruptions de carrière pour s’occuper des enfants, pénalisantes. Celles-ci sont plus fréquentes et plus longues dans le privé. Plus de 22 % des mères s’arrêtent de travailler dans le privé à la naissance de leur enfant (14 % dans le public), 45 % à la naissance du troisième (33 % dans le public).

Dans le public, les mères s’interrompent moins car elles peuvent plus facilement aménager leur temps de travail. Le passage à temps partiel suite à la naissance d’un enfant ne peut leur être refusé. À la naissance de leur 2e enfant, une femme sur cinq passe à temps partiel dans le public, contre une sur dix dans le privé.

Cette enquête repose sur une exploitation des données de l’enquête Familles & employeurs réalisée par l’Ined et l’Insee en 2004-2005.
 

Texte de référence : L’impact salarial de la maternité : une comparaison public-privé, Chloé Duvivier, Mathieu Narcy, Centre d’études de l’emploi, juillet 2014
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum