Contrats de partenariat : nouvelles retouches

Partenariat public-privé

Crise économique oblige, les contrats de partenariats peinent à trouver des financements. L’État prend les grands moyens et apporte sa garantie pour un montant maximal de 10 milliards d’euros.

La mesure a été votée dans le cadre de la loi de finances rectificative pour 2009, le 29 janvier. Elle concerne les contrats conclus avant le 31 décembre 2010 et portant sur des ouvrages et équipements dont la réalisation est située en France. La garantie ne peut porter sur plus de 80 % du montant des prêts. Dans le cadre du plan de relance voté par le Parlement le 29 janvier, il a également été décidé que le financement définitif des contrats de partenariat conclus par les collectivités territoriales pouvait ne plus être assuré majoritairement par le titulaire du contrat. Il suffit que les projets dépassent un montant supérieur à un seuil fixé par décret. Le chiffre de 300 millions d’euros a été avancé.

Exceptionnellement en 2009 et 2010, les offres finales remises en vue de conclure un contrat de partenariat pourront être présentées sans bouclage financier définitif. La personne publique devra indiquer cette possibilité dans la publicité et fixer un délai pour la présentation du financement définitif.

La créance ne peut être cédée qu’à hauteur de 80 %. Après tergiversations, ce taux a été finalement estimé « équilibré » par les parlementaires. Les contrats de partenariat éligibles aux subventions peuvent également bénéficier de redevances et participations financières.

Les entités adjudicatrices (opérateurs de réseaux d’énergie, d’eau et des transports) pourront utiliser la procédure négociée quel que soit le montant du contrat. Au-delà des seuils communautaires, est simplement exigée une mise en concurrence préalable précédée d’une publicité.

L'analyse des spécialistes

  • Manifestations : retour sur les nouvelles dispositions de la loi n°2019-290 du 10 avril 2019 Sécurité

    Manifestations : retour sur les nouvelles dispositions de la loi n°2019-290 du 10 avril 2019

    03/06/19
    Partant du constat que les manifestations sur la voie publique sont désormais fréquemment émaillées de graves incidents et d’actes de dégradation, le législateur a décidé de s’emparer du sujet pour durcir l’arsenal juridique en vigueur et mieux prévenir ces phénomènes d’ultra violence lors de rassemblements publics1.
  • Le retrait de délégation à un adjoint Élus

    Le retrait de délégation à un adjoint

    02/05/19
    « L'adjoint au maire est élu par le conseil municipal (et non pas nommé par le maire), mais, à l'exception de ses qualités d'officier d'état-civil et d'officier de police judiciaire, qu'il exerce de plein droit, il ne dispose de compétences que dans la mesure où le maire lui en délègue ».
  • Loi Élan : focus sur le PLU Urbanisme

    Loi Élan : focus sur le PLU

    18/04/19
    La loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, dite loi Élan, contient un certain nombre de dispositions relatives aux documents d’urbanisme, et plus particulièrement au plan local d’urbanisme (PLU).
  • Tous les articles juridiques