Marchés de réseaux de télécommunication : contrat de partenariat ou délégation de service public ?

Partenariat public-privé

« Pour passer un marché d’installation d’infrastructures de télécommunication, le partenariat public-privé (PPP) peut être la technique à utiliser quand l’acheteur ne connaît pas l’offre du marché…

… Ainsi va-t-il construire en avançant. J’aime reprendre l’image de l’entonnoir
», a affirmé l’avocat Frédéric Forster lors de la conférence organisée mercredi 12 mai 2010 au cabinet Alain Bensoussan sur le thème : « Les collectivités territoriales : un nouvel acteur des télécoms ? » Un PPP à préférer quand « la collectivité souhaite s’impliquer dans le service fourni
», poursuit l’avocat. Pour lui, en délégation de service public (DSP), on se désengage du quotidien de la fourniture du service, ce qui est moins le cas dans le système du PPP. Dans les deux cas, il faudra compter de six mois à un an de préparation. Pour Jean-Luc Sallaberry, chargé de mission à l’Association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l’audiovisuel (Avicca), les collectivités auraient tout intérêt à passer des marchés de travaux pour faire construire les réseaux de fibre optique, la formule la moins coûteuse et la plus rentable. « Le taux d’emprunt est plus faible pour les collectivités que pour le privé. Le privé en plus ne supporte pas le taux d’emprunt, il le fait supporter par la collectivité et plus c’est long, plus c’est cher
», explique le chargé de mission qui prône le passage par le syndicat d’électricité pour créer les réseaux de télécommunication. « Les syndicats utilisent les marchés de travaux pour leur activité. Celle-ci est similaire à ceux d’installation d’infrastructures et de réseaux de télécommunication. Et ils possèdent un savoir-faire. En plus, ce n’est rien pour eux de rajouter à leur activité celle de la télécommunication.
» Pour Jean-Luc Sallaberry, la différence réelle entre les deux formules est la suivante : les contrats de partenariat permettent aux entreprises de proposer leurs services, « ce qui a avantagé, de nombreuses fois, France Telecom, qui a obligé à une période les collectivités à choisir cette formule, sous peine de ne pas voir l’entreprise candidater
». La délégation de service public, elle, laisse plus de marge.

L'analyse des spécialistes

  • Quelles sont les règles régissant les modalités d'affichage publicitaire sur les monuments historiques ? Urbanisme

    Quelles sont les règles régissant les modalités d’affichage publicitaire sur les monuments historiques ?

    05/09/18
    Les Journées du patrimoine, les 15 et 16 septembre prochains seront l'occasion de découvrir des monuments historiques méconnus ou habituellement fermés au public. Certains d'entre eux, en cours de restauration, ne seront pas ouverts au public, dissimulés derrière des échafaudages, voire de grandes bâches publicitaires qui ne font pas toujours l'unanimité. Il faut savoir que l'affichage publicitaire sur un monument historique est très encadré juridiquement ce qui n'empêche pas un recours accru à son utilisation révélant parfois certains abus.
  • Le régime des CCAS : qu'en est-il de l'extension des possibilités de délégation dans les CCAS ? Administration

    Le régime des CCAS : qu’en est-il de l’extension des possibilités de délégation dans les CCAS ?

    29/08/18
    Le centre communal d'action sociale, créé dans toute commune de 1 500 habitants ou plus, a pour mission d'animer une action générale de prévention et de développement social dans la commune, en liaison étroite avec les institutions publiques et privées, et de participer à l'instruction des demandes d'aide sociale.
  • Acheteur public

    Le nouveau RGPD et ses incidences sur les marchés et plus précisément sur les acheteurs publics

    09/07/18
    Le règlement général sur la protection des données (RGPD - n° 2016/679), ou « RGPD », est entré en application le 25 mai 2018 dans l'ensemble de l'Union européenne.
  • Tous les articles juridiques