Marchés de réseaux de télécommunication : contrat de partenariat ou délégation de service public ?

Partenariat public-privé

« Pour passer un marché d’installation d’infrastructures de télécommunication, le partenariat public-privé (PPP) peut être la technique à utiliser quand l’acheteur ne connaît pas l’offre du marché…

… Ainsi va-t-il construire en avançant. J’aime reprendre l’image de l’entonnoir
», a affirmé l’avocat Frédéric Forster lors de la conférence organisée mercredi 12 mai 2010 au cabinet Alain Bensoussan sur le thème : « Les collectivités territoriales : un nouvel acteur des télécoms ? » Un PPP à préférer quand « la collectivité souhaite s’impliquer dans le service fourni
», poursuit l’avocat. Pour lui, en délégation de service public (DSP), on se désengage du quotidien de la fourniture du service, ce qui est moins le cas dans le système du PPP. Dans les deux cas, il faudra compter de six mois à un an de préparation. Pour Jean-Luc Sallaberry, chargé de mission à l’Association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l’audiovisuel (Avicca), les collectivités auraient tout intérêt à passer des marchés de travaux pour faire construire les réseaux de fibre optique, la formule la moins coûteuse et la plus rentable. « Le taux d’emprunt est plus faible pour les collectivités que pour le privé. Le privé en plus ne supporte pas le taux d’emprunt, il le fait supporter par la collectivité et plus c’est long, plus c’est cher
», explique le chargé de mission qui prône le passage par le syndicat d’électricité pour créer les réseaux de télécommunication. « Les syndicats utilisent les marchés de travaux pour leur activité. Celle-ci est similaire à ceux d’installation d’infrastructures et de réseaux de télécommunication. Et ils possèdent un savoir-faire. En plus, ce n’est rien pour eux de rajouter à leur activité celle de la télécommunication.
» Pour Jean-Luc Sallaberry, la différence réelle entre les deux formules est la suivante : les contrats de partenariat permettent aux entreprises de proposer leurs services, « ce qui a avantagé, de nombreuses fois, France Telecom, qui a obligé à une période les collectivités à choisir cette formule, sous peine de ne pas voir l’entreprise candidater
». La délégation de service public, elle, laisse plus de marge.

L'analyse des spécialistes

  • Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets Partenariat public-privé

    Rapport de la Cour des comptes européenne sur les PPP : un constat qui ne doit pas décourager l’initiative publique des grands projets

    31/05/18
    Les Cours des comptes européenne et française partagent un constat similaire et émettent des alertes de bon sens. Mais ces alertes doivent s’appliquer selon notre point de vue à tous types de projets du secteur public, et pas qu’aux PPP. Quant à ces derniers, ils pourraient continuer à procurer des effets vertueux au secteur public, à condition d’y avoir recours pour des bonnes raisons et d’une manière adéquate.
  • Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ? Commande publique

    Appel à projets, commande publique ou subvention, comment les distinguer ?

    10/04/18
    La distinction entre les subventions et la commande publique est plus claire qu'auparavant en raison des définitions données par les textes. Toutefois, des incertitudes subsistent, qui sont en particulier liées au développement de procédures intermédiaires sous la forme notamment d'appels à projets.
  • Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l'impact du RGPD Administration

    Collectivités publiques et protection des données à caractère personnel : l’impact du RGPD

    04/04/18
    La réglementation relative à la protection des données personnelles va vivre une petite révolution le 25 mai 2018. À compter de cette date, le règlement général sur la protection des données, dit RGPD (UE 2016/679 du 27 avril 2016), entrera en vigueur dans tous les pays de l'Union européenne. Ombeline Soulier Dugénie et Emmanuelle Behr, Avocates Associées du Cabinet Redlink, reviennent sur les grandes lignes directrices de ce nouveau cadre normatif.
  • Tous les articles juridiques