Avocat, notaire : comment évaluer leurs capacités techniques ?

Passation des marchés

Pour définir les capacités techniques des candidats des professions juridiques réglementées, il faut tenir compte de la déontologie et du secret professionnel. 

Dans des marchés publics de prestations de service à caractère juridique ne pouvant être dévolu qu’à des professions réglementées comme les avocats, les notaires, le pouvoir adjudicateur peut, pour définir la capacité technique « exiger des candidats des renseignements ou documents qui permettent d’évaluer leur expérience, leurs capacités professionnelles, techniques et financières » (art. 45 du Code des marchés publics), sans que toutefois ces documents ne portent atteinte « aux obligations déontologiques auxquelles les professionnels du droit sont soumis » (art. 30-11-4° du Code des marchés publics), explique le ministère de l’Économie, dans sa réponse à une question parlementaire.

Ce dernier rappelle également que chaque candidat à un marché public doit respecter la législation applicable à sa profession en ce qui concerne le secret professionnel, notamment, sans que le pouvoir adjudicateur ait besoin de le rappeler. « La personne publique doit uniquement s’abstenir d’imposer des prescriptions qui conduiraient les candidats à méconnaître les règles légales ou déontologiques s’appliquant à leur profession » (CE, 7 mars 2005, Communauté urbaine de Lyon , n° 274286 ).

Autre disposition que les acheteurs se doivent de connaître, celle de l’article 66-5 de la loi du 31 décembre 1971 portant réforme de certaines professions judiciaires et juridiques. Il indique que les candidats peuvent fournir des références de marchés de services juridiques similaires. Cependant leur accord préalable et exprès est demandé en ce qui concerne les références permettant d’identifier les personnes publiques concernées (CE, 6 mars 2009, Commune d’Aix-en-Provence, n° 314610).

Pour apprécier la valeur technique des offres proposées, le pouvoir adjudicateur peut demander des précisions sur les modalités de l’exécution de la prestation. « Ces modalités sont propres à chaque type de prestation juridique, au regard de l’objet du marché. Le pouvoir adjudicateur pourra choisir l’offre économiquement la plus avantageuse sur le fondement de critères relatifs, notamment, aux délais d’exécution, à la composition de l’équipe dédiée et au prix ».

Valérie Siddahchetty

Texte de référence : 

 Téléchargez le document au format pdf Question écrite n° 63789 du député  Marie-Jo Zimmermann  (UMP – Moselle) du 17 novembre 2009, réponse du ministère de l’Économie du 9 mars 2010

L'analyse des spécialistes

  • Épidémie de Covid-19 : le point sur l'ordonnance relative au report du second tour des élections municipales Élus

    Épidémie de Covid-19 : le point sur l’ordonnance relative au report du second tour des élections municipales

    06/04/20
    Prise en application de l'article 19 de la loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d'urgence pour faire face à l'épidémie de Covid-19, l'ordonnance n° 2020-390 du 1er avril 2020 détermine l'organisation du second tour du scrutin, le financement et le plafonnement des dépenses électorales et l'organisation de la campagne électorale, les règles en matière de consultation des listes d'émargement et les règles de transparence financière.
  • Épidémie de Covid-19 : que dit l'ordonnance visant à assurer la continuité du fonctionnement des institutions locales ? Élus

    Épidémie de Covid-19 : que dit l’ordonnance visant à assurer la continuité du fonctionnement des institutions locales ?

    03/04/20
    Prise en application de l'article 11 de la loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d'urgence pour faire face à l'épidémie de Covid-19, l'ordonnance n° 2020-391 du 1er avril 2020 s'applique à l'ensemble des collectivités territoriales et à leurs groupements.
  • Que dit l'ordonnance du 25 mars 2020 sur la dérogation au principe de la responsabilité personnelle et pécuniaire des comptables publics durant l'épidémie de Covid-19 ? Finances locales

    Que dit l’ordonnance du 25 mars 2020 sur la dérogation au principe de la responsabilité personnelle et pécuniaire des comptables publics durant l’épidémie de Covid-19 ?

    31/03/20
    Prise en application du h du 1° du I de l'article 11 de la loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d'urgence pour faire face à l'épidémie de Covid-19, l'ordonnance n° 2020-326 du 25 mars 2020 précise les modalités dans lesquelles il pourra être temporairement dérogé au principe de la responsabilité personnelle et pécuniaire des comptables publics.
  • Tous les articles juridiques