Vieillissement : Agnès Buzyn veut ressusciter la filière de la « silver économie »

Personnes âgées

La ministre de la Santé et des Solidarités Agnès Buzyn a lancé lundi 22 octobre des travaux pour réformer la filière de la « silver économie », souhaitant « donner une nouvelle impulsion » à cette économie dédiée au vieillissement.

La filière, qui concerne les produits et services (domotique, aménagement des logements, technologie…) destinés aux seniors, avait été lancée en grande pompe en 2013, sous le quinquennat de François Hollande, dans l’espoir de transformer le vieillissement démographique en opportunité de croissance pour les entreprises. Mais au fil du temps, elle s’était peu structurée.

En parallèle à la concertation « grand âge et autonomie », lancée début octobre par le gouvernement et devant aboutir à une loi fin 2019, Agnès Buzyn a réuni lundi pour la première fois les acteurs de la silver économie afin de « lancer les travaux de renouvellement de la filière » pour lui « donner une nouvelle impulsion ».

« La silver économie vise à répondre à la diversité des besoins des personnes âgées ou des seniors, qu’ils soient des jeunes retraités actifs, des personnes fragiles, ou des personnes en perte d’autonomie », a estimé Mme Buzyn, selon son discours transmis à l’AFP.

Pour elle, une « nouvelle gouvernance, portée par les acteurs économiques eux-mêmes » permettra « de mieux structurer l’écosystème riche et complexe » de ce secteur composé d’entreprises, de gérontopôles, d’organismes de protection sociale, de représentants des établissements et services médico-sociaux, de collectivités territoriales.

La ministre a confié les rênes de la filière à Luc Broussy, président de l’association France Silver Eco, qui sera accompagné d’un comité d’animation composé de six membres. Selon M. Broussy, impliqué dans ce secteur depuis de nombreuses années, « la filière s’était lentement étiolée, faute de se réunir régulièrement et de se fixer des objectifs clairs et lisibles ». Il espère désormais avoir l’appui de l’État pour « créer un marché organisé, lisible, accessible » et « mettre en lien la force des grands groupes et l’innovation des start-up ».

« Il y a encore peu, le vieillissement n’était considéré que sous son aspect anxiogène et coûteux. Il est depuis peu devenu synonyme de croissance, de créations d’emplois et d’innovation », a-t-il déclaré à l’AFP.

Une feuille de route fixant les objectifs de la filière pour 2019-2020 sera rendue publique avant la fin de l’année.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2018

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum