L’accueil des jeunes enfants progresse, toujours moins de congés parentaux

Petite enfance

L’offre d’accueil des enfants de moins de 3 ans a continué de progresser en France, notamment dans les structures collectives, tandis que la baisse du recours aux congés parentaux depuis la réforme de 2015 s’est confirmée, selon des chiffres de la Caisse nationale d’allocations familiales.

En 2015, la capacité d’accueil était de 56,6 places pour cent enfants, en hausse par rapport à 2014 (56,1 places), indique jeudi 28 septembre une lettre de l’Observatoire national de la petite enfance publiée par la Cnaf.

Dans le détail, pour 100 enfants, il y avait 17,8 places en crèche, 33,1 places chez les assistant(e)s maternel(le)s, moins de deux places pour la garde à domicile, et environ quatre places en maternelle.

Selon des chiffres provisoires, 8 000 nouvelles places en structures collectives ont été créées entre 2015 et 2016, dont 6 300 dans les micro-crèches.

En accueil collectif, 964 600 enfants étaient inscrits en 2015 : 896 000 dans des crèches collectives, 53 800 en crèches familiales et 14 800 en micro-crèches appliquant le barème de tarification nationale.

Pour les accueils individuels, plus de 610 000 familles (635 000 enfants) étaient concernées en décembre 2016 : neuf sur dix avaient recours à une assistante maternelle et une sur dix à une garde à domicile. Mais l’embauche d’assistantes maternelles a poursuivi sa baisse (- 1 %) entre décembre 2015 et décembre 2016, tandis que le nombre d’enfants gardés à domicile progressait de 3 %.

Entre 2015 et 2016, la baisse du recours au complément d’activité versé par les Caf pour les parents qui cessent ou réduisent leur activité s’est poursuivie, passant de 455 300 à 410 600 bénéficiaires (- 10 %).

Cette tendance, observée depuis 2007, concerne notamment les générations plus récentes, visée par la réforme du congé parental.

La réforme créant la Prestation partagée d’éducation de l’enfant (Préparee) a modifié en janvier 2015 la durée du congé parental, passé de six mois à un an pour un premier enfant, à condition que les deux parents le prennent. À partir du deuxième enfant, sa durée est restée de trois ans seulement s’il est partagé (deux ans pour un parent, un an pour l’autre).

La baisse du nombre des congés parentaux, pris à une écrasante majorité par les mères, s’accentue « très fortement » à partir de janvier 2017, sous l’effet de cette réforme, signale cette lettre.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2017

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum