Les professionnels du secteur réclament un plan d’urgence pour l’accueil de la petite enfance

Petite enfance

Reçu demain au secrétariat d’État chargé de la Famille et de la Solidarité, le collectif « Pas de bébés à la consigne » va réitérer sa demande de retrait du projet de décret relatif à l’accueil collectif des jeunes enfants.

Cet article fait partie du dossier :

Action Sociale Structures d’accueil petite enfance : la nouvelle donne Voir le dossier

Après la très forte mobilisation des professionnels de la petite enfance le 11 mars – des centaines de crèches fermées dans toute la France, 8 000 à 10 000 manifestants à Paris… -, le collectif « Pas de bébés à la consigne » sera finalement reçu demain, le 26 mars, au secrétariat d’État chargé de la Famille et de la Solidarité. Ses représentants se rendront au rendez-vous en revendiquant « le retrait du projet de nouveau décret sur l’accueil collectif, afin d’ouvrir une réelle négociation en faveur d’un plan d’urgence pour l’accueil de la petite enfance ».

Peu convaincu d’être entendu, le collectif maintient, en parallèle, son appel à une nouvelle journée nationale de grève et de manifestations de la petite enfance, le jeudi 8 avril. Cet appel sera confirmé si le gouvernement ne répond pas favorablement aux demandes des professionnels de la petite enfance, à savoir :

  • le retrait pur et simple de son projet de décret ;
  • l’engagement de négociations portant, notamment, sur « un plan ambitieux de formation de professionnels qualifiés pour faire face aux nécessités d’un accueil de qualité, tout en créant les 400 000 places d’accueil manquantes, et sur des mesures visant à préserver l’accueil de la petite enfance de la logique concurrentielle, en l’excluant du champ de la directive européenne « services » ».

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum