Attribution de l'indemnité d'administration et de technicité

Rémunération

La réponse ministérielle n° 09719 du 22 août 2019 est relative à l’attribution de l’indemnité d’administration et de technicité.

L’indemnité d’administration et de technicité peut être attribuée à l’ensemble des fonctionnaires de catégorie C ainsi qu’aux fonctionnaires de catégorie B dont la rémunération est au plus égale à celle correspondant à l’indice brut 380 (soit environ 1 640 bruts par mois). Toutefois, et par dérogation, l’article 3 du décret du 14 janvier 2002 précise qu’un arrêté conjoint des ministres chargés de la Fonction publique, du Budget et du ministre intéressé peut autoriser le versement de l’IAT aux fonctionnaires de catégorie B dont la rémunération est supérieure à l’indice brut 380. Cette disposition constitue donc une simple faculté pour les administrations et non une obligation réglementaire. Ainsi, en pratique, les ministères n’ont pas rencontré la nécessité de recourir à ces arrêtés. Pour autant l’ensemble des fonctionnaires de catégorie B bénéficiaient bien depuis 2002 d’un régime indemnitaire valorisant les fonctions exercées : les agents de catégorie B dont l’indice brut était inférieur ou égal à 380 pouvaient bénéficier de l’IAT ; les agents de même catégorie dont l’indice brut était supérieur pouvaient percevoir l’indemnité forfaitaire pour travaux supplémentaires (IFTS – décret n° 2002-62 et n° 2002-63 du 14 janvier 2002), qui constitue un régime indemnitaire aux modalités proches de celles de l’IAT tout en prévoyant des plafonds plus élevés.

 

Texte de référence : Question écrite n° 09719 de Mme Christine Herzog (Moselle – NI) du 28 mars 2019, Réponse du ministère de l’Action et des comptes publics publiée dans le JO Sénat du 22 août 2019

L'analyse des spécialistes

  • Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale Urbanisme

    Urbanisme : la planification territoriale, un nouveau cadre juridique pour les schémas de cohérence territoriale

    27/07/20
    Deux ordonnances, prises en application de la loi Élan de 2018, ont été publiées le 18 juin 2020 afin de simplifier la planification territoriale.
  • Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI Élus

    Le repositionnement du maire dans le transfert de ses pouvoirs de police spéciale aux présidents d’EPCI

    24/07/20
    L’article 11 de la loi n° 2020-760 du 22 juin 2020 s’inscrit dans la continuité de la loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 dite « engagement et proximité ». Cette dernière a pour objectif de retisser le lien entre l’État et les élus locaux, particulièrement les maires qui se sont estimés malmenés depuis l’adoption de la loi NOTRe. L’article 11 précité contribue à repositionner les maires dans l’intercommunalité en supprimant l’automaticité des transferts des pouvoirs de police spéciale aux présidents des établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) au moment de leur élection.
  • L'élaboration du projet de loi "3D" à l’épreuve de la Covid-19 Administration

    L’élaboration du projet de loi « 3D » à l’épreuve de la Covid-19

    10/07/20
    Le 6 janvier 2020, Madame Jacqueline Gourault a prononcé un discours à Arras dans lequel elle exposait le souhait du Gouvernement d'associer les élus locaux à la construction d'un projet de loi visant à redéfinir les relations entre l'État et les collectivités territoriales1. Des concertations devaient être menées jusqu'en juin 2020.
  • Tous les articles juridiques