Un fonctionnaire au chômage et en congé parental d'éducation peut-il cumuler le CLCA et l'ARE ?

Rémunération

Non : dans ce cas le fonctionnaire radié des cadres et indemnisé au titre du chômage par son ex-employeur public, qui prend un congé parental d’éducation (privé), doit opter pour le bénéfice du complément de libre choix d’activité (CLCA) pendant la durée de son congé parental d’éducation, car cet avantage, versé par la CAF, n’est pas cumulable avec les indemnités servies aux travailleurs privés d’emploi.

La durée restante de son indemnisation chômage sera ainsi reportée à la fin de la période de versement du complément de libre choix d’activité (CLCA).

En effet, les indemnités servies aux travailleurs sans emploi (ARE) ne sont pas cumulables avec :

– le CLCA à taux plein,
– le CLCA à taux partiel, s’il n’était pas versé avant la perte d’emploi.

L’ex-fonctionnaire radié des cadres peut bénéficier du CLCA à taux plein uniquement s’il perçoit une allocation de chômage et s’il demande à son employeur public de suspendre son paiement. Celui-ci reprendra dès la fin de ses droits au CLCA.

Le CLCA versé à taux partiel peut se cumuler avec l’allocation de chômage seulement si l’allocataire percevait déjà, avant de perdre son emploi, ce complément.

André Icard

 

Source : publié sur andre.icard

L'analyse des spécialistes

  • L'entretien individuel dans la fonction publique hospitalière, outil de mesure pertinent de la valeur professionnelle ? Santé

    L’entretien individuel dans la fonction publique hospitalière, outil de mesure pertinent de la valeur professionnelle ?

    03/07/20
    Le remplacement de la notation par l’entretien professionnel dans la fonction publique hospitalière vise à retisser le lien - altéré par le système de notation - entre la valeur professionnelle de l’agent, sa rémunération et le déroulement de sa carrière.
  • Second tour des élections municipales et procurations Élus

    Second tour des élections municipales et procurations

    23/06/20
    L'actualité récente relative au second tour des élections municipales, notamment les articles dans la presse faisant état de manœuvres frauduleuses en ce qui concerne l'établissement des procurations, a relégué en arrière-plan deux textes récents qui assouplissent les conditions des procurations pour lutter contre l'abstention. Toutefois, une vigilance sera nécessaire pour garantir la sincérité du scrutin.
  • La constitutionnalité de la loi du 23 mars 2020 Élus

    La constitutionnalité de la loi du 23 mars 2020

    18/06/20
    La loi du 23 mars 2020 a maintenu le premier tour du 15 mars 2020 et reporté le second tour des élections municipales. Dans une décision n° 2020-849 QPC du 17 juin 2020 M. Daniel D. et autres, le Conseil constitutionnel a jugé que cette loi est conforme à la Constitution1.
  • Tous les articles juridiques