Amiante: des fonctionnaires demandent à l'État une meilleure prise en compte

Santé et sécurité au travail

L’intersyndicale des fonctionnaires de Loire-Atlantique a mis en demeure mardi l’État de prendre ses responsabilités vis-à-vis des fonctionnaires exposés à l’amiante, les estimant moins protégés que les salariés du privé.

« Pour la première fois en France », une large intersyndicale dit au préfet : « c’est vous le responsable de la santé des fonctionnaires. Non seulement vous ne les protégez pas, mais quand ils tombent malades vous ne les reconnaissez pas » , a déclaré un responsable CGT, Francis Judas, lors d’une manifestation qui a rassemblé une centaine de personnes devant la préfecture à Nantes. Selon lui, 30 % des bâtiments publics contiennent encore de l’amiante, une réalité insuffisamment prise en compte par l’État.

L’intersyndicale CGT-CFDT-FO-CFTC-FSU-Solidaires-UNSA estime que l’État doit « informer en toute transparence » les fonctionnaires « de la présence d’amiante dans les locaux, leur proposer un suivi médical et les protéger de ce risque ». Pour Pierric Onillon, de la CFDT, « l’amiante est comme le nuage de Tchernobyl : il s’est arrêté à la porte des administrations, or il frappe de la même manière dans le privé et dans le public ».

Les fonctionnaires de Loire-Atlantique sont depuis des années en pointe dans la lutte contre l’amiante au travail. En 2005, les pouvoirs publics avaient fini par faire raser le Tripode, un bâtiment administratif nantais contenant 350 tonnes d’amiante qui avait vu défiler quelque 1 800 fonctionnaires pendant vingt ans.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2011

L'analyse des spécialistes

  • Mesures de continuité budgétaire, financière et fiscale des communes et des intercommunalités afin de faire face aux conséquences de l'épidémie de Covid-19 Finances locales

    Mesures de continuité budgétaire, financière et fiscale des communes et des intercommunalités afin de faire face aux conséquences de l’épidémie de Covid-19

    26/03/20
    L'ordonnance n° 2020-330 du 25 mars 2020 vise à permettre aux collectivités territoriales et aux établissements publics locaux non seulement de financer l'exercice de leurs compétences, mais également d'assurer le maintien des services publics et la rémunération des agents publics qu'elles emploient.
  • La loi d'urgence pour faire face à l'épidémie de Covid-19 : quels apports relatifs à la gouvernance, à l'organisation et au fonctionnement des communes et des intercommunalités ? Élus

    Que dit la loi d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19 concernant la gouvernance, l’organisation et le fonctionnement des communes et des intercommunalités ?

    26/03/20
    La loi n° 2020-290 du 23 mars 2020 d'urgence pour faire face à l'épidémie de Covid-19 apporte des précisions sur la gouvernance, l'organisation et le fonctionnement des communes et des intercommunalités pendant le confinement. Tour d'horizon des principales mesures.
  • Circulaire du 17 mars 2020 : quelle installation des conseils municipaux élus le 15 mars 2020 en période de Covid-19 ? Élus

    Report de l’installation des conseils municipaux élus le 15 mars 2020

    20/03/20
    Plusieurs centaines de milliers de conseillers municipaux élus au premier tour des municipales devaient se réunir à huis clos entre le 20 et le 22 mars 2020 pour élire les maires, en pleine crise sanitaire. Une circulaire ministérielle du 17 mars 2020 devait permettre un peu partout, aux maires et à leurs équipes, d'organiser la tenue de ces conseils. Le 19 mars 2020, le Premier ministre a finalement annoncé en fin de journée le report sine die de l’installation des conseils municipaux élus dimanche dernier.
  • Tous les articles juridiques