Mise en commun des défibrillateurs automatisés

Santé et sécurité au travail

La réponse ministérielle n° 20882 du 27 août 2019 est relative à la question des défibrillateurs communs à plusieurs établissements recevant du public (ERP).

La loi n° 2018-527 du 28 juin 2018 relative au défibrillateur cardiaque dispose que lorsqu’un même site accueille plusieurs établissements recevant du public, ces derniers peuvent mettre en commun un défibrillateur automatisé externe. Le décret du 19 décembre 2018 relatif aux défibrillateurs automatisés externes a pour objet de préciser l’obligation faite aux établissements recevant du public de s’équiper d’un défibrillateur en application des articles L. 123-5 et L. 123-6 du Code de la construction et de l’habitation. Il prévoit que lorsque plusieurs établissements recevant du public, mentionnés à l’article R. 123-57 du même Code, sont situés soit sur un même site géographique soit sont placés sous une direction commune au sens de l’article R. 123-21 du Code précité, le défibrillateur automatisé externe peut être mis en commun.

 

Texte de référence : Question n° 20882 de M. Vincent Rolland (Les Républicains – Savoie) du 25 juin 2019, Réponse publiée au JOAN le 27 août 2019

L'analyse des spécialistes

  • L'entretien individuel dans la fonction publique hospitalière, outil de mesure pertinent de la valeur professionnelle ? Santé

    L’entretien individuel dans la fonction publique hospitalière, outil de mesure pertinent de la valeur professionnelle ?

    03/07/20
    Le remplacement de la notation par l’entretien professionnel dans la fonction publique hospitalière vise à retisser le lien - altéré par le système de notation - entre la valeur professionnelle de l’agent, sa rémunération et le déroulement de sa carrière.
  • Second tour des élections municipales et procurations Élus

    Second tour des élections municipales et procurations

    23/06/20
    L'actualité récente relative au second tour des élections municipales, notamment les articles dans la presse faisant état de manœuvres frauduleuses en ce qui concerne l'établissement des procurations, a relégué en arrière-plan deux textes récents qui assouplissent les conditions des procurations pour lutter contre l'abstention. Toutefois, une vigilance sera nécessaire pour garantir la sincérité du scrutin.
  • La constitutionnalité de la loi du 23 mars 2020 Élus

    La constitutionnalité de la loi du 23 mars 2020

    18/06/20
    La loi du 23 mars 2020 a maintenu le premier tour du 15 mars 2020 et reporté le second tour des élections municipales. Dans une décision n° 2020-849 QPC du 17 juin 2020 M. Daniel D. et autres, le Conseil constitutionnel a jugé que cette loi est conforme à la Constitution1.
  • Tous les articles juridiques