Responsabilité de la commune en lien avec un acte suicidaire

Santé et sécurité au travail

L’arrêt de la Cour administrative d’appel de Bordeaux du 8 octobre 2018 est relatif à l’imputabilité au service d’un suicide d’un agent.

La reconnaissance de l’imputabilité au service d’un suicide ouvre droit à réparation des préjudices des ayants droit de l’agent. Toutefois, cette reconnaissance n’est pas pour autant de nature à établir l’existence d’une faute de la collectivité qui se trouverait à l’origine du suicide. L’existence d’une telle faute, qui justifierait une réparation intégrale de l’ensemble du dommage, doit en effet être établie par les ayants cause.

 

Texte de référence : Cour administrative d’appel de Bordeaux, 6e chambre – formation à 3, 8 octobre 2018, n° 16BX02084, Inédit au recueil Lebon

L'analyse des spécialistes

  • Les 10’ juridiques avec Landot & associés #9 Développement durable

    Les 10’ juridiques avec Landot & associés #9

    28/10/19
    WEKA et le cabinet Landot et associés vous donnent rendez-vous tous les 15 jours pour analyser l’essentiel de l’actualité juridique du monde territorial : l’expertise en 10 minutes au plus proche de vos besoins.
  • Les collectivités locales et l'application de la loi Egalim Développement durable

    Les collectivités locales et l’application de la loi Egalim

    28/10/19
    La loi Egalim a fixé pour 2022 des objectifs aux collectivités territoriales et à leurs établissements publics non seulement pour améliorer la qualité et favoriser la distribution de produits locaux et bios dans les restaurants collectifs scolaires, mais également pour lutter contre le gaspillage et contribuer à l’aide alimentaire. Le point sur ces dispositions.
  • Dématérialisation de l'application du droit des sols au 1er janvier 2022 Urbanisme

    Dématérialisation de l’application du droit des sols au 1er janvier 2022

    22/10/19
    L'action administrative, qu'elle relève de la compétence de l'État ou de celle des collectivités territoriales, s'inscrit désormais dans un contexte de dématérialisation de ses procédures. À partir du 1er janvier 2022, toutes les communes de plus de 3 500 habitants devront mettre en place la dématérialisation des demandes d’autorisations d’urbanisme  : c’est la dématérialisation de l’application du droit des sols (Démat ADS). Retour sur ce vaste chantier que les collectivités doivent mener.
  • Tous les articles juridiques