Des élus en appellent à François Hollande pour sauver la maternité des Lilas

Santé

Plus de 130 élus de gauche et écologistes ont lancé un appel à François Hollande pour la sauvegarde de la maternité des Lilas, établissement de Seine-Saint-Denis symbole de la lutte pour le droit des femmes.

« La maternité des Lilas, lieu hautement symbolique, est sous le coup d’une délocalisation au centre hospitalier intercommunal de Montreuil, signant ainsi son arrêt de mort », selon un communiqué transmis mardi à l’AFP. « Les démarches réitérées auprès de différents responsables (…) n’aboutissant pas, en tant qu’élu-es de la République, nous demandons solennellement et en urgence au président de la République de recevoir une délégation de la maternité des Lilas », poursuit le texte.

Parmi les signataires figurent l’eurodéputée écologiste Eva Joly, le secrétaire national du PCF Pierre Laurent, le président socialiste du conseil général de Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel ou encore la députée communiste Marie-George Buffet. Pilule, avortement, accouchement sans douleur : la maternité des Lilas, qui doit fêter ses 50 ans en 2014, est un lieu emblématique de la lutte pour le droit des femmes. Mais ses locaux sont vétustes et elle devait être reconstruite, dans le même quartier. Quand il était candidat à la présidentielle, François Hollande, en visite dans la maternité, avait d’ailleurs dit qu’il serait « très heureux et très fier » de venir inaugurer les nouveaux locaux s’il était élu. Mais ce projet a été annulé en juin pour des raisons financières par l’Agence régionale de santé (ARS), qui préconise désormais un déménagement à 3,5 km de là, au centre hospitalier intercommunal de Montreuil, ce qui est inadmissible pour le personnel de cette maternité qui craint de devoir renoncer à la spécificité de son approche centrée sur la liberté de choix des femmes.

« Je ne suis pas du tout opposé à ce que la maternité soit reconstruite sur le site Gütermann (sur la commune des Lilas), simplement il y a deux hypothèses : l’une à Montreuil qui coûte à peu près 10 millions d’euros, (…) et par ailleurs, un projet sur la commune des Lilas qui coûte 24 millions d’euros », a réagi auprès de l’AFP Claude Evin, directeur général de l’ARS Ile-de-France. « Il appartient aux collectivités locales de voir si elles peuvent compenser la différence entre 10 et 24 millions d’euros », a-t-il ajouté. Pour sa part, l’ARS a « toujours maintenu sa position (…) de soutenir à hauteur de six millions d’euros une reconstruction prévue sur le site Gütermann », le reste, soit 18 millions d’euros, « devant être financé par emprunt par le gestionnaire », a expliqué M. Evin. « Mais le gestionnaire, qui a changé en 2012, est venu nous voir au mois de mars pour nous dire : compte tenu de la fragilité de la maternité des Lilas, je ne peux pas prendre le risque de faire un emprunt pour 18 millions d’euros », a-t-il ajouté. « Le modèle économique fait précédemment s’est avéré non crédible », selon M. Evin, d’où le projet de Montreuil.

Le collectif de soutien à la maternité des Lilas s’inquiète de rester sans nouvelles des autorités depuis la remise mi-octobre du rapport de René Frydman, le père médical du premier bébé éprouvette chargé par l’ARS d’évaluer le projet de relocalisation. « Ce silence nous fait peur », a déclaré une coordinatrice du mouvement, Sarah Gueday, ajoutant qu’une manifestation pourrait être organisée sur les Champs-Elysées le 25 janvier.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum