Les internes du CHR de Metz obtiennent des mesures transitoires pour pallier la vétusté de leurs logements

Santé

Trois associations d’internes lorrains [Association des internes des hôpitaux de Nancy de spécialité (APIHNS), Rassemblement autonome unifié lorrain des Internes de médecine générale (RAOUL-IMG) et Association des internes en pharmacie des hôpitaux de Nancy (AIPHN)], qui avaient alerté en début d’année sur les conditions d’hébergement de leurs confrères en stage au CHR de Metz-Thionville, ont indiqué le 24 janvier dans un communiqué avoir obtenu de la direction de l’établissement des mesures d’urgence pour rénover les locaux incriminés. Cependant, la question de la construction éventuelle d’un nouvel internat n’est toujours pas tranchée à ce jour.

Une quarantaine d’internes en stage au CHR avait lancé début janvier une pétition en ligne, dénonçant les conditions d’hébergement à l’internat St-Jean – situé en centre-ville –, illustrée d’un diaporama. À ce jour, cette pétition a recueilli plus de 800 signatures. Deux jours plus tard, la direction de l’hôpital, comme annoncé à Hospimedia, recevait une délégation des associations représentatives des internes. Cette rencontre avait pour objet la question d’un nouvel internat sur le site de Mercy et la mise en œuvre de mesures d’urgence pour l’internat actuel.

« D’emblée, Véronique Anatole-Touzet, directrice générale, a tranché : pas de construction d’un nouvel internat à Mercy, avant de modérer un peu ses propos et nous promettre une énième étude de projet », affirment les internes. « La direction a une nouvelle fois voulu « noyer le poisson », en proposant des solutions de logement au CROUS [Centre régional des œuvres universitaires et scolaires] du Saulcy ou du Technopôle, inadaptées aux internes des hôpitaux », estiment-ils, dénonçant une attitude « ressentie comme méprisante ».

La deuxième partie de la rencontre a cependant permis d’acter la mise en place de mesures d’urgence pour le « vieil » internat Saint-Jean. Une réunion avec les différents services logistiques, informatique, techniques, s’est tenue le jeudi 17 janvier. « Une visite du site a de nouveau pointé l’abandon de ce patrimoine par le CHR : vétusté de locaux, mobiliers, absence d’équipement, non-respect des normes incendie… », expliquent les internes. Des propositions « concrètes ont été faites par le CHR à l’issue de cette rencontre », annoncent les associations : peinture, rééquipement électroménager complet (lave-linges, sèche-linges, cuisinières, réfrigérateurs, micro-ondes), ameublement neuf de toutes les chambres, réparation de la porte du garage, accès internet, réorganisation de l’offre de plateaux repas « pour la mi-mars 2013 au plus tard ». Les associations d’internes « saluent cette prise de conscience et les mesures d’urgence actées (…), tout en rappelant qu’il s’agit de mesures transitoires, en attendant la construction d’un nouvel Internat sur site à Mercy comme partout ailleurs en France ».

Une rencontre avec la direction aura lieu mi-mars afin de faire le point sur les études diligentées par le CHR, comme promis par la directrice générale, Véronique Anatole-Touzet, indiquent les internes. « Nous souhaitons la signature d’un protocole d’accord avec rétro-planning à la mi-mars avec la direction du CHR et l’ARS Lorraine, ce que la direction a refusé jusqu’à maintenant », expliquent-ils, soulignant que la ministre de la Santé et des Affaires sociales, Marisol Touraine, questionnée sur le sujet ce week-end au congrès de l’Intersyndical national autonome représentative des internes en médecine générale (ISNAR-IMG), a demandé aux internes d’associer à ces problématiques de logement leurs ARS respectives.

Caroline Cordier

Tous droits réservés 2001/2013 — HOSPIMEDIA

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum