Loi santé : les internes appellent à une manifestation nationale le 15 mars

Santé

Le principal syndicat d’internes en médecine, l’Isni, et le syndicat des chefs de cliniques assistants ISNCCA ont appelé lundi les médecins à une manifestation nationale le 15 mars, afin de dénoncer le projet de loi Santé.

L’Isni (Syndicat national des internes) et l’ISNCCA (Syndicat national des chefs de clinique assistants des hôpitaux de ville de faculté) « émettent de sérieux doutes quant à la possibilité de faire inscrire leurs revendications dans le texte de loi », écrivent les deux syndicats dans un communiqué commun. La présidente de l’Isni Mélanie Parquet, reçue lundi matin par la ministre de la Santé Mariol Touraine, a indiqué à l’AFP que cet appel était maintenu car « pour l’instant on n’a aucune promesse concrète, rien d’écrit, on n’a pas d’avancée majeure sur nos revendications et nos propositions ». Parmi les revendications des deux syndicats figure le retrait du projet de généralisation du tiers payant, qui selon eux n’a pour but que de « permettre un désengagement invisible de l’assurance maladie au profit des assurances privées ». La ministre a, selon Mme Parquet, « accepté de réfléchir » aux manières de prévenir ce risque, mais « sans engagement fort ».

Les syndicats demandent aussi à ce que soit « retiré tout mécanisme visant à donner aux ARS les pleins pouvoirs dans les autorisations et renouvellement d’activité » et entravant la liberté d’installation des jeunes médecins. La Confédération des syndicats médicaux français (CSM), principal syndicat de la profession qui appelle les professionnels à un boycott de la carte vitale depuis début janvier, s’est ralliée dans la journée au mouvement des jeunes médecins, invitant « tous les médecins libéraux » à manifester le 15 mars « pour dénoncer le projet de loi de Santé« . L’Isni avait annoncé la semaine dernière le dépôt d’un préavis de grève illimitée à compter du 29 janvier pour dénoncer le « mépris » du gouvernement envers les jeunes médecins, « grands oubliés » du projet de loi Santé.

Invitée à commenter ces nouveaux appels à la mobilisation malgré sa volonté d’ouverture, la ministre de la Santé Marisol Touraine a dit lundi « regretter » cette situation, liée selon elle à la « perspective des élections professionnelles » et à « la question de la rémunération », les médecins réclamant l’augmentation de leurs tarifs. « Je le regrette d’autant plus que l’enjeu, c’est cette loi, qui correspond beaucoup à des attentes du monde professionnel », a-t-elle déclaré en marge d’un événement organisé par l’Assurance maladie, à Paris. « Ma volonté de concertation, elle est absolue », a-t-elle assuré, se félicitant de l’ouverture lundi de groupes de travail sur les points litigieux du projet de loi Santé. Les internes, comme d’autres professionnels de santé, sont invités à y participer.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2015

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum