Mayotte : les grèves se poursuivent à la CSSM, à la CAF et à l’ARS

Santé

Les agents en grève des trois organismes sociaux de Mayotte, la Caisse de sécurité sociale de Mayotte (CSSM), la Caisse d’allocation familiale (CAF) et l’Agence régionale de santé (ARS) ont manifesté mardi contre leur différence de traitement avec les autres fonctionnaires, dans ce 101e département français.

Les agents mahorais de ces trois administrations revendiquent l’alignement de leur statut sur celui de leurs collègues des départements de la France métropolitaine et d’outre-mer. Ils ont défilé à travers les principales artères de Mamoudzou, chef-lieu du département. Les agents de l’ARS, qui sont dans leur sixième semaine de grève, réclament leur intégration sans délai dans la fonction publique d’État. Une action en justice contre leur direction a été entamée, avait indiqué à l’AFP Mouhoutar Salim, porte-parole des grévistes.

Mais le mouvement social pourrait connaître un tournant partiel mercredi notamment à la Caisse de sécurité sociale de Mayotte, dont le directeur Jean Claude Voizard a convié les grévistes à une rencontre à 14 heures. Il a indiqué avoir déjà fait « à quatre reprises » des offres de dialogue et de propositions « positives » aux revendications des salariés en grève. Parmi celles-ci « l’intégration dans la convention collective nationale », à l’exception d’un avenant spécifique aux départements d’outre-mer « qui pose problème », selon le directeur de la CSSM, Jean Claude Voizard. Il a notamment expliqué que certaines personnes ont déjà un salaire supérieur de plus de 40 % à ceux de leurs collègues de la France métropolitaine, selon lui.

Le directeur de la CSSM a également affirmé que, malgré la grève, « les retraites ont été payées avec quelques difficultés ». Hamidou El Anziz, délégué du comité des grévistes a annoncé de son côté leur intention de demander un médiateur à la direction nationale de la Caisse de sécurité sociale. Le directeur local de la CSSM a répondu qu’un médiateur serait soumis aux décisions de l’État et n’aurait « pas plus de marge de manœuvre que lui ». Par ailleurs, l’intersyndicale du centre hospitalier de Mayotte a déposé un préavis de grève illimitée pour l’ensemble du personnel du CHM à partir du lundi 19 mars prochain à minuit. Parmi les revendications : l’indexation des salaires des agents non-médicaux, la reconstruction des carrières ou encore, les retraites.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2012

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum