Queyranne interpelle le gouvernement sur l’hôpital enclavé de Belley dans l’Ain

Santé

Jean-Jack Queyranne, président PS de la Région Rhône-Alpes, a interpellé mercredi le gouvernement pour qu’il « lève les obstacles juridiques et financiers » à la modernisation du centre hospitalier de Belley dans l’Ain.

« C’est une question d’égalité territoriale et de maintien du service public de la santé », a déclaré M. Queyranne lors d’une conférence de presse à l’issue de sa visite au centre hospitalier Docteur Récamier, un hôpital « enclavé » de 161 lits. Pour l’ancien ministre, le centre hospitalier de « Belley est le test national de la volonté politique en matière d’égalité d’accès aux soins dans le territoire ». Il répondait à l’invitation du maire PS de Belley, Jean-Marc Fognini, président du conseil de surveillance de cet hôpital, qui l’alertait sur la « situation d’urgence » de ce centre, en service malgré l' »avis négatif d’exploitation émis en décembre 2011, par la commission de sécurité départementale. Pour M. Fognini, « Belley de par sa situation géographique, à plus de deux heures de l’hôpital de Chambéry (Savoie), est dérogatoire et il faut lui donner les moyens ». En décembre 2012, l’Agence Régionale de Santé (ARS) avait notamment mis comme condition au projet de « reconstruction » de l’hôpital d’un montant de 25 millions d’euros, « un nouveau plan de redressement pour rétablir sa situation financière ».

« Aujourd’hui, ces conditions sont remplies », a estimé M. Queyranne évoquant « le plan de redressement proposé par la Direction » du centre, prévoyant 1,2 million d’économies. « J’interpelle (la ministre de la Santé) Marisol Touraine, il faut que le gouvernement passe aux actes, on ne peut tolérer une temporisation qui conduit à la mort lente de l’hôpital », a-t-il dit, ajoutant: « Des décisions doivent être prises sur l’acceptation du plan de redressement de la Direction et l’engagement financier sur la rénovation du bâtiment ». Reprenant la déclaration de la ministre de la Santé, le 13 décembre dernier lors du lancement du Pacte « Territoire Santé », il a rappelé que les « hôpitaux de proximité jouent un rôle essentiel dans nos territoires en particulier dans les zones fragiles ». « Nous devons donc lever les obstacles juridiques et financiers qu’ils rencontrent », a-t-il conclu.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum