Suicides au CHRU de Lille: Xavier Bertrand veut «tout savoir»

Santé

Quatre employés de l’hôpital se sont donnés la mort en quinze jours. Le ministre de la Santé a diligenté une enquête.

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, Xavier Bertrand, a déclaré ce mardi « vouloir tout savoir » sur les circonstances des suicides de quatre employés du CHRU de Lille, en soulignant cependant que cet établissement a « toujours été mobilisé sur ces questions ».

En marge de ses vœux à la presse, le ministre a souligné qu’un suicide est « toujours un drame intime ». Pour autant, après « autant de suicides dans ce service, je veux tout savoir et je veux qu’on prenne toutes les mesures de protection vis-à-vis des personnels », a-t-il dit. Il a rappelé qu’une enquête administrative avait été diligentée et qu’il avait chargé l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) « d’aller voir sur place ». Selon le directeur général du CHRU, Yvonnick Morice, l’enquête administrative en cours doit voir « s’il y a un lien à établir » avec les conditions de travail « pour certains de ces cas ». Selon Yvonnick Morice, « dans au moins deux cas, les raisons apparaissent principalement personnelles ».

Cellule de crise permanente

Quatre employés du CHRU de Lille se sont donné la mort en l’espace de quinze jours hors de leur lieu de travail. Le premier cas de suicide, survenu le 8 janvier, a touché un agent de service hospitalier, père de trois enfants et âgé de 34 ans, qui travaillait en réanimation neurochirurgicale. Dans ce service, deux aides-soignantes qui se connaissaient – dont une âgée de moins de 30 ans – et qui travaillaient depuis 2010 et avril 2011 au CHRU, se sont donné la mort dans les jours qui ont suivi.

Dimanche, c’est un aide-soignant d’une quarantaine d’années, qui travaillait dans un service de soins pour personnes dépendantes, qui s’est suicidé alors qu’il était en congé. Les responsables du CHRU ont également diligenté une enquête auprès du CHSCT, qui devra se pencher sur l’organisation du travail et sur les relations entre les personnels. L’hôpital a également mis en place une cellule de crise permanente avec le service de la médecine du travail et un psychologue.

Copyright © 2012 AFP. Tous droits réservés.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum