Urgences de l’Hôtel-Dieu : le chef du Smur démis de ses fonctions

Santé

 Un médecin urgentiste, le Dr Gérald Kierzek, à la pointe de la lutte contre la fermeture du service des urgences de l’Hôtel-Dieu, le plus vieil hôpital de Paris, a été démis de ses fonctions de chef du SMUR, a annoncé lundi la CGT.

« La seule réponse de l’institution (l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, AP-HP) est la répression », a affirmé dans un communiqué la fédération CGT de la santé et de l’action sociale, dans un communiqué. L’intéressé a confirmé cette décision auprès de l’AFP. « J’ai été démis de ma responsabilité médicale du SMUR (service médical d’urgence et de réanimation) par une lettre recommandée du chef des urgences, le professeur Bertrand Renaud. Je reste médecin hospitalier, médecin de base », a-t-il expliqué.

Cette décision est un nouvel épisode de la tension qui règne autour de la fermeture, prévue le 4 novembre, des urgences de cet hôpital historique, situé près de la cathédrale Notre-Dame. La remise aux normes de ce service serait trop coûteuse, selon la direction de l’AP-HP qui veut transformer l’Hôtel-Dieu en hôpital universitaire et y transférer le siège du groupe hospitalier. Plusieurs syndicats, dont la CGT, et des urgentistes sont opposés à la fermeture du service des urgences, qui est devenu un enjeu électoral dans le cadre des élections municipales à Paris l’an prochain. « On me sanctionne non pour des raisons professionnelles, mais pour des raisons politiques », a affirmé le Dr Kierzek, estimant qu’il payait pour son activisme.

Aucune réaction de la direction de l’AP-HP n’a pu être obtenue par l’AFP lundi soir. Les mouvements d’opposition à la fermeture des urgences de l’Hôtel-Dieu se sont multipliés ces derniers mois. Fin mars, quinze médecins urgentistes avaient menacé de démissionner en bloc. Fin juin, le maire de Paris Bertrand Delanoë avait dénoncé dans une lettre au Premier ministre Jean-Marc Ayrault, dont l’AFP a obtenue copie, « le caractère précipité » de l’annonce de la fermeture des urgences. Mais son adjoint à la santé et président du conseil de surveillance de l’AP-HP, Jean-Marie Le Guen, soutient le projet de la direction.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum