DAJ : la différence entre marchés publics et subventions expliquée

Subventions

La Direction des affaires juridiques (DAJ) a mis en ligne une fiche explicative sur les distinctions entre marchés publics et contrats publics.

 

Ce matin, une nouvelle fiche explicative est venue agrémenter la partie « Conseil aux acheteurs » du portail du Minefe. Ce document de 5 pages énumère les distinctions entre les marchés publics et les autres contrats publics. « La commande publique (…) s’étend à tous les contrats qui comportent une commande de travaux, fournitures ou services de la part des pouvoirs adjudicateurs et des entités adjudicatrices. Ces contrats ne sont pas soumis au même régime juridique. Il faut donc les distinguer », peut-on lire en introduction.

Critères permettant de distinguer la subvention du marché public

Le premier critère consiste,  notamment, dans l’initiative à l’origine du projet. « Dans le cadre d’un marché public, le prestataire agit à la demande de la collectivité publique pour répondre aux besoins qu’elle a elle-même définis. La subvention, en revanche est destinée à soutenir financièrement une action initiée et menée par un tiers », explique la fiche qui propose de nombreuses références juridiques pour étayer ses argument. « Exemple : une somme d’argent allouée à un comité des fêtes pour l’organisation d’une manifestation réalisée à sa seule initiale et sous sa responsabilité constitue une subvention (CAA Marseille, 20 juillet 1999, Commune de Toulon, n° 98MA01735) ».

Second critère permettant de distinguer la subvention du marché : l’absence de contrepartie directe. Dans le cadre d’une subvention, la collectivité n’en attend aucune « cependant le juge considère qu’il y a marché public lorsque les sommes versées correspondent à des prestations de services individualisées et qu’elles sont en relation avec les avantages immédiats que la collectivité peut retirer des actions qui ont donné lieu au paiement (CE, 26 mars 2008, Région de la Réunion, n° 284412) ».

Marchés publics et autres contrats

La fiche aborde également les distinctions entre les marchés publics et les conventions de délégations de service public ; les concessions de travaux publics ; les contrats de partenariats ; les autres contrats permettant aux collectivités publiques d’associer des partenaires privés à la réalisation de travaux d’ouvrages (bail emphytéotique administratif, autorisations d’occupation du domaine public, vente en l’état futur d’achèvement (Vefa), les contrats globaux spéciaux pour les services de l’État, les établissements publics de santé).

Valérie Siddahchetty 

Textes de référence:

Téléchargez le document au format pdf La fiche explicative marchés publics et autres contrats publics

     

    L'analyse des spécialistes

    • Loi « Engagement et proximité », une simplification du fonctionnement du conseil municipal dans les communes rurales Élus

      Loi « Engagement et proximité », une simplification du fonctionnement du conseil municipal dans les communes rurales

      11/02/20
      La loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 relative à l'engagement dans la vie locale et à la proximité de l'action publique consacre un titre II intitulé « simplifier le fonctionnement du conseil municipal ». Ces mesures auront un impact essentiellement dans les communes de petites tailles.
    • Report de la caducité des plans d’occupation des sols (POS) au 31 décembre 2020 Urbanisme

      Report de la caducité des plans d’occupation des sols (POS) au 31 décembre 2020

      06/02/20
      En repoussant la date de caducité des plans d’occupation des sols (POS) du 31 décembre 2019 au 31 décembre 2020, le législateur offre un nouveau répit aux communes membres d’intercommunalités dont le plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI) est en cours d’élaboration.
    • "Circulaire Castaner" : le Conseil d'État, garant du clivage gauche/droite ? Élus

      « Circulaire Castaner » : le Conseil d’État, garant du clivage gauche/droite ?

      04/02/20
      Dans son ordonnance n° 437675, 437795, 437805, 437824, 437910, 437933 du 31 janvier 20201, le Conseil d'État a partiellement suspendu l'exécution de la circulaire du 10 décembre 2019 du ministre de l'Intérieur relative à l'attribution des nuances politiques aux candidats aux élections municipales et communautaires des 15 et 22 mars 2020.
    • Tous les articles juridiques