Fronde contre des projets de « villages de marques » dans les Bouches-du-Rhône

Urbanisme

Les commerçants des Bouches-du-Rhône et la CCI Marseille Provence ont réclamé mardi un moratoire sur les implantations de « villages de marques » dans le département, après qu’un projet soutenu par la mairie aux portes de Marseille a mis le feu aux poudres.

« Nous demandons au préfet de région la suspension immédiate de toutes les décisions concernant les villages de marques en commission départementale d’aménagement commercial (CDAC) tant que la réforme en cours de l’urbanisme commercial n’est pas adoptée », a déclaré dans un communiqué Terre de Commerces. Cette fédération, qui compte 5 000 adhérents dans les commerces et services de proximité des Bouches-du-Rhône, estime que ces villages qui regroupent, comme à Troyes, des boutiques proposant des produits de grandes marques à prix dégriffés, « auraient un grave impact » sur le commerce des centres-villes et réclame des études avant toute implantation. Son responsable, Laurent Carratu, a dénoncé « une course à l’échalote » entre les communes où des projets sont annoncés (Marseille, Aix, Miramas, Aubagne ou Les Pennes-Mirabeau) dans un département qui compte plus de 3 500 boutiques de vêtements, chaussures et accessoires, et où 200 000 m2 de surface supplémentaire, soit une hausse de 7 %, sont déjà programmés. L’intérêt financier des collectivités, souvent avancé, pour augmenter les recettes de la contribution économique territoriale (CET), qui remplace la taxe professionnelle, n’est pas un argument, selon lui. « La CET est basée sur la valeur locative des locaux commerciaux et il serait plus rentable de faire grimper celle des 3 000 boutiques du centre-ville, plutôt que de percevoir des taxes sur 100 nouvelles boutiques », a-t-il dit. « Les collectivités locales concernées doivent s’abstenir de toute attitude individualiste centrée uniquement sur leurs propres périmètres administratifs », a souligné de son côté la Chambre de commerce et d’industrie. Lundi, la mairie de Marseille avait annoncé le report, pour « quelques semaines », de l’examen en CDAC d’un projet de village de marques dans la zone commerciale de la Valentine (11e arrondissement). Ce projet, révélé dans la presse il y a dix jours, avait provoqué l’ire de la fédération des commerçants et de la CCI, qui n’ont pas été consultées.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2011

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum