X

Alternatives à l’hospitalisation traditionnelle

 
Ce produit n'est plus disponible à la vente

Alternatives à l’hospitalisation traditionnelle

La solution de référence pour organiser et gérer : hospitalisations à domicile, soins ambulatoires, réseaux de soins et coopérations inter-établissements

Nous sommes désolés, mais ce produit n'est plus en vente, si vous êtes intéressé par cette thématique, contactez-nous

Faire une recherche dans cette publication :

Les programmes de maintien à domicile (MAD)

Une expérience a été menée dans les Alpes-Maritimes sur le maintien à domicile sécurisé par Internet. Il s’est agi de l’évaluation de la faisabilité et de l’intérêt d’un bouquet de services à la personne proposé par des centres d’appels : services de convivialité, services à la personne, services médicaux, sociaux ou administratifs. Des supports familiers tels que les téléviseurs, une fois équipés d’un système permettant la visiophonie et d’une webcam, ont servi d’interface afin que les personnes âgées à domicile puissent accéder à ces services.

1 - Maintien à domicile sécurisé par Internet : expérimentation MAD dans les Alpes-Maritimes

I - Dispositif expérimental mis en place

Une étude ministérielle

Le ministre de la Santé et des Solidarités a souhaité réaliser en 2007 une étude sur un nouveau concept de maintien à domicile sécurisé utilisant Internet M@D et a missionné le conseil général des Alpes-Maritimes pour mener une expérimentation sur une année. Il s'agissait de compléter l'offre du « Net » par un bouquet de services à la personne proposé par des centres d'appels : services de convivialité, services à la personne, services médicaux, sociaux ou administratifs. Des supports familiers tels que les téléviseurs, une fois équipés d'un système permettant la visiophonie et d'une webcam, devaient servir d'interface afin que les personnes âgées à domicile puissent accéder à ces services. La mise en place du matériel a débuté le 1er juillet 2007, et la formation à l'utilisation du système s'est étalée du 1er au 31 juillet 2007.

Instances et partenariats

Ont été mis en place :

  • un comité de pilotage national et un comité de pilotage départemental, chargés de définir les limites et les objectifs généraux du projet, de valider les décisions et de suivre le projet ;

  • un comité scientifique et d'éthique chargé notamment de définir les critères de sélection des personnes âgées, la méthodologie de l'expérimentation et les besoins en matière de coordination interinstitutionnelle.

Obligations du prestataire

Un cahier des charges a permis de préciser les obligations du prestataire, à savoir :

  • disposer d'une plate-forme de services offrant, grâce à un numéro unique automatisé, toute une gamme de services sanitaires et médico-sociaux...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous pour accéder à la publication dans son intégralité.