La maîtrise des risques et la sécurité sanitaire au quotidien

 
Ce produit n'est plus disponible à la vente

La maîtrise des risques et la sécurité sanitaire au quotidien

Une prévention et une gestion des risques adaptées à votre établissement

Nous vous recommandons

Maîtrise des risques et de la qualité

Maîtrise des risques et de la qualité

Faire une recherche dans cette publication :

Différents acteurs

La gestion des risques dans les établissements de santé ne se limite pas à des problèmes techniques mais doit aussi prendre en charge le facteur humain. Cela implique la prise en compte des points de vue des usagers, du juge, des assureurs, des responsables institutionnels, des décideurs. Il s'agit aussi de connaître les modalités du règlement amiable, ainsi que des déterminants principaux de la décision, du management et de la culture du risque.

1 - La réparation des risques sanitaires dans la loi du 4 mars 2002 : le règlement amiable

La loi du 4 mars 2002 a introduit, dans le livre premier du Code de la santé publique , un titre IV intitulé « Réparation des conséquences des risques sanitaires ». Il s'agit là d'une innovation législative importante car, jusque-là, il n'existait pas de législation unitaire prenant en compte l'ensemble des risques sanitaires. Ceux-ci étaient régis par le droit commun de la responsabilité, civile ou administrative, et par différents textes spéciaux. Ce système avait de nombreux inconvénients pour les victimes : possibilité de disparité de solutions selon les tribunaux amenés à trancher les litiges (les tribunaux judiciaires ou administratifs ont des règles de procédures et de fond différentes), réparation parfois tardive du fait de la longueur des procédures (jugement de première instance, appel et, enfin, cassation avec éventuellement renvoi) et, enfin, refus de la réparation des dommages aléatoires1. La loi a eu pour finalité d'apporter une réponse à ces questions, au profit des victimes, sans pour autant accroître l'inquiétude croissante des professionnels de santé face à la progression du contentieux.

Il est apparu que la seule mise en jeu de la responsabilité des professionnels de santé n'était plus une solution satisfaisante. L'indemnisation doit aussi faire appel à la solidarité nationale, afin d'obtenir la couverture la plus complète de toutes les variétés de dommages, sans distordre les conditions de la responsabilité civile. Les conséquences de la disparité des régimes juridiques sont réduites par la création d'une voie non contentieuse. La loi a donc créé un dispositif original de règlement amiable sous forme d'un guichet unique qui s'ajoute subsidiairement au droit existant, qu'il complète et enrichit. La réparation repose sur trois corps de règles : le premier fixe des principes généraux (I), le deuxième crée de nouvelles structures (II), le troisième organise la procédure d'indemnisation...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous pour accéder à la publication dans son intégralité.

l'essayer, c'est l'adopter

Sécurité sanitaire

Une prévention et une gestion des risques adaptées à votre établissement


Essai 5 jours