La maîtrise des risques et la sécurité sanitaire au quotidien

 
Ce produit n'est plus disponible à la vente

La maîtrise des risques et la sécurité sanitaire au quotidien

Une prévention et une gestion des risques adaptées à votre établissement

Nous vous recommandons

Maîtrise des risques et de la qualité

Maîtrise des risques et de la qualité

Faire une recherche dans cette publication :

Les activités interventionnelles

1 - Les risques liés aux activités interventionnelles pour les patients et pour les professionnels de santé

1.1 - Activités interventionnelles et risques pour les patients

1.1.1 - Les activités chirurgicales

Résumé web

L'analyse du risque opératoire doit prendre en compte des risques de trois natures, le risque lié au type de chirurgie, le risque lié à l'état du patient et le risque anesthésique.

Risque opératoire

Tout patient candidat à une intervention chirurgicale encourt un risque opératoire. Ce risque est marqué par la survenue de complications per et postopératoires qui mettent en jeu le succès de l'intervention, la guérison voire la vie du patient. Trois facteurs principaux interviennent dans ce risque opératoire : le type de chirurgie, l'état du patient (terrain), l'anesthésie.

I - Le risque lié au type de chirurgie

Enquêtes épidémiologiques

Si seules les enquêtes épidémiologiques permettent d'évaluer objectivement la morbidité et la mortalité globales liées à l'activité chirurgicale, chaque équipe chirurgicale établit ses propres statistiques portant sur la morbidité et la mortalité opératoires pour l'ensemble de son activité ou pour un type d'intervention donné.

Diversité des risques

Toutes les interventions ne présentent pas un risque identique. La durée, l'importance du délabrement tissulaire, la localisation du geste et le caractère hémorragique de l'intervention sont des facteurs majorant le risque opératoire. Les risques les plus élevés se rencontrent en neurochirurgie, en chirurgie cardiothoracique et en chirurgie digestive sus-mésocolique. Ce risque est faible pour la chirurgie de surface ou la chirurgie mineure.

La chirurgie en urgence présente un risque plus élevé que la chirurgie programmée.

Il existe aussi une relation inverse entre activité et mortalité après chirurgie programmée.

II - Le risque lié à l'état du patient

Élément majeur du risque opératoire

Le terrain, c'est-à-dire l'état de santé du patient, en dehors de l'affection motivant l'intervention, constitue l'élément majeur du risque opératoire.

L'American Society of Anesthesiologists (ASA) a mis au point un système de classification des patients en cinq groupes (cf. ...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous pour accéder à la publication dans son intégralité.

l'essayer, c'est l'adopter

Sécurité sanitaire

Une prévention et une gestion des risques adaptées à votre établissement


Essai 5 jours