Management stratégique de l'information

 
Ce produit n'est plus disponible à la vente

Management stratégique de l'information

Trouvez la bonne information et sachez l'exploiter !

Nous sommes désolés, mais ce produit n'est plus en vente, si vous êtes intéressé par cette thématique, contactez-nous

Les risques informationnels en entreprise

Attaque et parade

Cette dichotomie paraît évidente dans bien des domaines : on imagine mal un joueur d'échec qui ne protégerait pas ses pièces maîtresses, une équipe de football sans gardien, un chevalier sans armure, un grand pays sans service de contre-espionnage. Toute forme de confrontation, militaire ou sportive comporte une dimension offensive et une dimension défensive.

Domaine économique

Le protectionnisme est très débattu, tant d'un point de vue économique que social et politique. Même si le libre-échange s'est accru ces dernières décennies, le protectionnisme n'a en effet jamais complètement disparu, prenant de multiples formes, tarifaires ou non. En tant qu'intervention de l'État dans le jeu concurrentiel, le protectionnisme continue à susciter de nombreuses polémiques entre ses opposants et ses partisans. Mais, que l'on soit dans l'un ou l'autre de ces camps, il est important de considérer que la protection contre la concurrence ne se joue pas qu'à un niveau macro-économique. On dit d'une entreprise qu'elle mène des offensives sur ses marchés (lancement de nouveaux produits, entrée sur un marché voisin, etc.). Il y a donc bien des entreprises concurrentes qui doivent, elles, défendre leurs parts de marché (en faisant plus de publicité, en baissant les prix, etc.). Mais curieusement, les aspects défensifs de la concurrence font peu partie du discours managérial, et sont rarement les éléments saillants de la légende des capitaines d'industrie, ou l'objet de cours en école de commerce. Au niveau micro-économique, on se défend donc (sans que cela ne suscite de grands débats théoriques comme lorsqu'il s'agit d'un État), mais l'on en parle peu. Au mieux, on utilise des expressions euphémiques comme « management du risque ». Loin de nous l'idée de nier l'avantage de la pratique du management du risque, bien au contraire. Il s'agit simplement ici de pointer du doigt la difficulté à parler franchement du besoin de protection, de sécurité, voire de sûreté des acteurs économiques que sont les entreprises. Le silence relatif sur la dimension défensive de l'activité managériale explique peut-être en partie pourquoi la dimension « protection » de l'intelligence économique semble à certains relever de la paranoïa.

Bon sens

Si faire de la veille concurrentielle est une activité légitime et naturelle, il faut bien se rendre à l'évidence qu'en retour, être surveillé par ses concurrents est tout aussi légitime et naturel. Si l'on admet que connaître à l'avance les projets ou mouvements d'un compétiteur permet d'obtenir un avantage concurrentiel, ou de réduire l'avantage du concurrent, il est alors facile de comprendre qu'empêcher ses concurrents de deviner ses intentions permet de préserver son propre avantage concurrentiel. Autrement dit, il y a deux façons de creuser l'écart...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous pour accéder à la publication dans son intégralité.