Guide de l'acheteur public

 
Ce produit n'est plus disponible à la vente

Guide de l'acheteur public

Réussissez vos missions de négociateur et de chef d'équipe : identifications des besoins, mise en concurrence des fournisseurs, comparaison d'offres, négociation, procédures informatisées, organisation du suivi et respect de la qualité

Nous vous recommandons

Optimiser vos achats publics

Optimiser vos achats publics

Faire une recherche dans cette publication :

La comparaison des offres par l’acheteur

L’identification de l’offre économiquement la plus avantageuse repose sur la sélection puis la hiérarchisation ou la pondération de critères qualitatifs et financiers pertinents pour juger de la performance des offres reçues par rapport au besoin exprimé. Elle implique aussi un travail rigoureux d’évaluation et de comparaison qui repose sur un certain nombre de techniques et outils que les acheteurs doivent aujourd’hui savoir mettre en œuvre.

1 - Les critères pouvant être utilisés pour la comparaison des offres

I - Recommandations générales pour la sélection des critères

Lien nécessaire entre critères et besoin à satisfaire

Les critères de choix ont vocation à représenter les objectifs à atteindre pour aboutir à une satisfaction optimale du besoin de l’organisme acheteur. Ils doivent donc être, qu’ils soient de nature qualitative ou financière, en relation directe avec elle.

Est donc prohibé tout recours à un ou plusieurs critères qui exprimeraient des performances à atteindre ne présentant pas d’intérêt par rapport à la problématique d’approvisionnement pour laquelle l’acheteur intervient sauf s’il s’agit de prendre en compte des préoccupations liées au développement durable. Il est de ce fait essentiel, lors de l’élaboration de la liste de critères qui sera rendue publique dès le début de la mise en concurrence, de veiller à ce qu’elle ne comprenne que des éléments nécessaires à la satisfaction du besoin. Est par exemple exclu le recours à des critères qui, bien que de nature à faire apparaître dans l’absolu des différences qualitatives entre les offres, ne présentent pas d’intérêt direct pour l’organisme acheteur.

Sur un plan plus pratique, la définition des critères nécessite de la part de l’acheteur qu’il s’interroge sur les performances qui, à respect égal par les candidats du cahier des charges imposé, seront de nature à conduire à la satisfaction du besoin dont il a la charge. Il pourra, par exemple, s’agir sur le plan qualitatif des éléments suivants :

  • pour des équipements, de l’ergonomie d’utilisation, du design, de la modularité, de la solidité, de la facilité d’entretien, de la facilité de nettoyage, etc. ;

  • pour des prestations de services ou des travaux, de la qualification et de l’expérience des intervenants proposés, de la méthodologie employée, des matériaux utilisés, etc.

Sur le plan économique, le prix et l’éventuel coût d’utilisation...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous pour accéder à la publication dans son intégralité.