Protection de l'enfance et de l'adolescence

 
Ce produit n'est plus disponible à la vente

Protection de l'enfance et de l'adolescence

Une meilleure coordination des acteurs pour une protection renforcée des mineurs...


Ce guide est la référence commune à tous les acteurs de la protection de l'enfance et l'adolescence. Evolution des pratiques, mise en œuvre de dispositifs innovants, réformes, nouvelles réglementations


 

Nous sommes désolés, mais ce produit n'est plus en vente, si vous êtes intéressé par cette thématique, contactez-nous

Les instances partenariales créées au titre de la politique de la ville

La politique de la ville participe de manière générale à la lutte contre les exclusions et à la promotion de la cohésion sociale. Au-delà de ces objectifs très généraux, les acteurs de la politique de la ville peuvent intervenir en faveur de certains enfants et leurs familles au titre notamment de la prévention sociale voire de manière plus ciblée de prévention de la délinquance juvénile. La confusion des intérêts poursuivis par la puissance publique est alors de taille puisque la politique de la ville a notamment pour objectifs de promouvoir la cohésion sociale et à travers elle la tranquillité et la sécurité publique.

1 - Les enjeux de la politique de la ville

Les enjeux de la politique de la ville se révèlent en réaction à des « troubles sociaux ».

I - Prise de conscience progressive des problématiques urbaines au fil des événements

Vers une construction de la politique de la ville conçue d’abord comme une prévention de la délinquance

La période d’après guerre dite « des trente glorieuses » est marquée par une forte croissance économique, mais porte aussi en elle les germes d’une fracture sociale. En effet, la France restructure son industrie et de nombreux licenciements se produisent dans le Nord et l’Est. Parallèlement, elle connaît un exode rural avec les débuts de la politique agricole commune. Et surtout elle doit accueillir un flux massif de population en métropole suite à la « décolonisation », particulièrement en 1962 avec l’exode des Français d’Algérie (250 000 personnes). Commence alors une urbanisation massive et rapide. Cette situation complexe est « gérée » grâce à la croissance économique. Mais que va-t-il se produire lorsque l’on va changer de cycle économique ? Un tel changement se produisit en 1974 où « le moteur économique » s’est brutalement arrêté avec le premier choc pétrolier.

Première étape : la découverte de la nécessité de la politique de la ville

La récession économique plonge alors la France dans une situation très difficile. Elle doit continuer à loger et à organiser la vie de ses nombreux rapatriés avec des moyens qu’elle n’a plus. La construction de « cités » se poursuit et se dégrade. Ainsi, c’est dans la banlieue lyonnaise où 20 000 personnes vivent dans 60 tours, que les premières émeutes se déclenchent en 1981. La prise de conscience des liens entre la délinquance, l’habitat,...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous pour accéder à la publication dans son intégralité.