Parentalité : Comprendre les familles contemporaines

1 - La famille des sociétés traditionnelles

Un peu d’anthropologie

Pour appréhender la profondeur considérable des changements qui ont affecté la famille, il faut prendre un peu de recul et revenir à ce que l’anthropologie et l’histoire nous disent de ce qu’a toujours été la famille.

La famille est loin d’être nécessairement le groupe constitué par les deux parents et leurs enfants biologiques, comme on pourrait le croire. Cette famille dite « nucléaire » n’a rien de naturel : même dans les sociétés où parents et enfants et eux seuls vivent sous le même toit, cette unité familiale est toujours prise dans d’autres liens de parenté qui sont organisés de façon différenciée selon les sociétés.

Pour l’anthropologienotesC. Lévi-Strauss, Les Structures élémentaires de la parenté, PUF, Paris, 1949. F. Hériter, L’Exercice de la parenté, 1981, collection Hautes Études. A. Fine, Adoptions, ethnologie des parentés choisies, Éditions de la MSH, Paris, 1998.
, le groupe familial n’est pas un groupe comme les autres. Il n’est fondé ni seulement sur une réalité biologique (les liens du sang), ni seulement sur l’affection (les liens du cœur). Il n’est pas non plus fondé sur une simple communauté de vie (sous le même toit). Ce que la famille a de spécifique et qui la distingue des autres groupes humains, c’est qu’elle s’organise en un système de parenté avec des places caractérisées par des interdits (l’interdit de l’inceste), des droits et des devoirs que chaque société définit pour ses membres. La famille croise les liens généalogiques (la lignée et la fratrie) et les liens d’alliance, elle croise les générations et les sexes. Les enfants appartiennent non pas à leurs parents spécifiquement mais à leur lignage. Dans de nombreuses sociétés, les enfants sont une richesse qu’on peut échanger, ils peuvent être confiés à d’autres que leurs parents afin d’être élevés, et un enfant peut appeler maman plusieurs femmes et papa plusieurs hommes. Les adoptions, les parentés nourricières ou spirituelles (parrainage) sont fréquentes et viennent redoubler ou se substituer aux parentés biologiques.

Trois règles fondamentales organisant la vie des hommes

Ces trois règles qui caractérisent toutes les sociétés humaines jusqu’à la nôtre sont :

  • la prohibition de l’inceste,...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous pour accéder à la publication dans son intégralité.