Parentalité : Origine et évolution de la parentalité

1 - Origine du concept

Introduction

La parentalité désigne le processus qui mène à l’état d’être parent, son développement et ses vicissitudes. De nombreux auteurs ont tenté de dégager les qualités psychiques particulières qui caractériseraient l’état d’être parent relativement à d’autres formes d’alliance et de relation entre les êtres humains. Aucune n’émerge clairement si ce n’est celle d’engagement : le parent est engagé profondément, durablement, intensément, définitivement dans sa relation avec son (ses) enfant(s), car au-delà même de son activité effective et de ses sentiments conscients et même de sa vie, ce lien perdure. Cet engagement est en général conscient, volontaire, effectif et accepté ; qu’il ne le soit pas ne suffit pas à annuler son existence car il est en partie indépendant du désir du parent.

Le concept de parentalité est étroitement articulé avec celui de filiation. Les explications, les hypothèses et les développements les plus approfondis quant à ce que signifie et implique psychologiquement la fonction de parent ont été surtout développés par la psychanalyse.

Origine psychologique

La première apparition du terme dans un texte français date de 1961. Le terme de parentalité, ainsi que de maternalité, fut introduit par Racamier dans un article psychiatrique tentant d’expliquer les causes psychiques de la psychose puerpéralenotesD’autres hypothèses, biologiques notamment, ont été avancées.
(trouble constamment curable). Il s’agit d’un trouble rare, connu depuis l’Antiquité et dont l’existence perdure de nos jours. Il affecte environ une femme sur cinq cents environ quelques jours ou semaines après avoir mis au monde un enfant. Elle devient confuse, agitée et entame un délire dont le thème principal est la filiation de l’enfant : il n’est pas né, c’est un enfant de Dieu ou du diable, il a une maladie incurable ou autres convictions déraisonnées. La cause supposée du trouble selon Racamier est d’ordre psychologique : la maternité constitue une phase du développement psychoaffectif, un peu à la façon de l’adolescence. Des failles ou conflits invisibles du développement se révèlent lorsque la femme devient mère à son tour ; la conséquence la plus grave et la plus spectaculaire en est l’émergence délirante. Selon cette hypothèse, le rôle de l’identification à la mère...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous pour accéder à la publication dans son intégralité.