Evaluation et qualité en établissement social et médico-social

 
Ce produit n'est plus disponible à la vente

Evaluation et qualité en établissement social et médico-social

Anticiper les évaluations et s'inscrire dans une amélioration continue de la qualité

Nous vous recommandons

Évaluation et qualité

Évaluation et qualité

Les conditions éthiques et managériales de réussite d'une démarche d'évaluation

L'évaluation interne est un outil dynamique de management permettant l'évolution des pratiques des professionnels. Comment lever les objections et les freins inhérents au changement ? Comment prévenir les risques ?

Pourquoi associe-t-on éthique et évaluation ? Quels principes éthiques universels peuvent servir de support à la réflexion éthique sur l'évaluation ? La charte de l'évaluation des politiques publiques et des programmes publics élaborée par la Société française de l'évaluation fait l'objet d'une présentation.

1 - Évaluation et management

L'évaluation interne est un outil dynamique

Vecteur de sens et de mobilisation des acteurs, c'est un moyen de mettre en mouvement les pratiques des professionnels.

Inscrite au cœur du débat éthique et politique, étroitement associée au projet de l'établissement ou du service, l'évaluation interne est davantage un outil de management qu'une méthodologie.

En effet, par son aspect participatif, l'évaluation interne est mobilisatrice. Par son approche globale et systémique, elle est vecteur de sens et de mobilisation. Par son aspect pédagogique, elle enrichit la connaissance partagée des acteurs. Par ses intentions stratégiques, elle permet de réaffirmer, voire de recadrer les finalités et les objectifs. Par la parole qu'elle libère et par la responsabilisation des acteurs, elle donne davantage d'espace à la créativité.

La recherche de la qualité et l'évaluation interne sont au management participatif ce que le contrôle est au modèle hiérarchique.

Cette opportunité managériale implique une responsabilité importante des directions dans la conduite de l'évaluation interne. Elles doivent impulser la démarche et s'engager pleinement à clarifier les niveaux politiques et stratégiques.

Dès les premiers résultats de l'évaluation interne, les managers ont la responsabilité d'accompagner l'impact des premiers constats. Même si l'évaluation ne s'attache pas aux personnes et ne porte pas de jugement de valeur sur les actes individuels, la mise en perspective de certains comportements en décalage manifeste avec les critères de qualité devra être accompagnée. Il en sera de même lorsque les premiers effets correctifs seront initiés : aux managers de les expliquer et de les favoriser.

Lever les objections et les freins

La culture de l'évaluation introduit des changements qui se heurtent à des résistances. Les habitudes sont rassurantes et confortables, et les institutions génèrent de la routine et des systèmes de défense face à toute nouveauté.

Dans le cas de l'évaluation, cette résistance naturelle au changement de la part des personnes...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous pour accéder à la publication dans son intégralité.