Concilier le travail et la garde de son enfant

Enfance et famille

Même lorsque les deux travaillent à temps complet, un quart des enfants sont gardés, principalement, par leurs parents ! Voilà le principal enseignement d’une étude que vient de publier le ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale.

Près des deux tiers (63 %) des enfants de moins de 3 ans sont gardés, à titre principal, par leurs parents au cours de la semaine, rappelle une étude publiée en ce mois de février par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees). Bien évidemment, cette situation se révèle plus fréquente lorsque l’un des parents, généralement la mère, n’exerce pas d’activité professionnelle. Néanmoins, « elle se rencontre également lorsque les deux parents travaillent, ce qui suppose une organisation particulière – souvent complexe – pour pouvoir concilier vie familiale et exercice d’une activité professionnelle », indique l’auteur de cette étude, qui s’intéresse aux caractéristiques des parents gardant leurs enfants la majeure partie du temps durant la semaine, plus particulièrement ceux exerçant une activité professionnelle. Ce travail concerne exclusivement les familles en couple, recomposées ou non.

La période standard, délimitée par l’étude, se déroule du lundi au vendredi, entre 8 heures et 19 heures. C’est, en effet, durant cette période que les parents exerçant une activité professionnelle expriment, généralement, un besoin de garde pour leurs enfants de moins de 3 ans. Au cours de cette période standard, près de deux tiers des enfants de moins de 3 ans dont les parents vivent en couple sont donc gardés par eux, à titre principal. Selon l’étude, ces parents sont moins diplômés, ont un niveau de vie moins élevé, plus d’enfants, et vivent, plus souvent, dans de petites unités urbaines.

« Mais c’est la situation des parents vis-à-vis de l’emploi qui s’avère déterminante dans la garde de l’enfant », insiste l’auteur de l’étude. Ainsi, quand au moins un parent ne travaille pas, neuf enfants sur dix (91 %) sont gardés par leurs parents à titre principal en semaine. Cette proportion chute à un peu plus d’un tiers (36 %), lorsque les deux parents travaillent. À autres caractéristiques sociodémographiques du ménage identiques, les enfants dont au moins un des parents ne travaille pas ont 11 fois plus de chances d’être gardés par leurs parents la majorité du temps dans la semaine que ceux dont les deux parents travaillent.

Chez les couples s’occupant de leur enfant à titre principal et où au moins un parent n’exerce pas d’activité professionnelle, c’est la mère qui ne travaille pas, dans la quasi-totalité (95 %) des cas. 35 % de ces mères sont en congé parental d’éducation et souhaitent, pour la plupart, reprendre leur activité professionnelle à l’issue de ce congé ; 7 % sont en congé de maternité. Par ailleurs, 22 % sont chômeuses et 36 % inactives. Ces dernières n’ont pas toujours été éloignées du marché du travail, puisque deux tiers d’entre elles ont déjà travaillé et la majorité envisage de retravailler plus tard.

Plus étonnant : un peu plus d’un quart (27 %) des enfants de moins de 3 ans dont les deux parents travaillent à temps complet sont gardés, à titre principal, par leurs parents. Cela représente environ 170 000 enfants ! Ces parents présentent, nécessairement, des caractéristiques qui leur permettent d’être davantage disponibles que les autres parents. Ainsi, le travail à domicile de l’un des membres du couple autorise celui-ci, dans une certaine mesure, à travailler tout en étant disponible pour garder son enfant. De fait, parmi les enfants dont les deux parents travaillent à temps complet, 18 % de ceux gardés principalement par leurs parents ont une mère qui travaille, entièrement ou pour partie, à domicile, contre 10 % des autres enfants.

Lorsque les deux parents travaillent à temps complet, les mères travaillant à domicile au moins une partie du temps sont, beaucoup plus souvent, salariées de l’État (pour la plupart enseignantes) que les autres (44 % contre 14 %). De même, elles exercent, plus fréquemment, une profession indépendante (16 % contre 3 %). À l’inverse, elles sont moins souvent salariées d’une collectivité locale, d’un hôpital public, d’une entreprise, d’un artisan ou d’une association. Par ailleurs, ces femmes sont, plus souvent, cadres (39 % contre 20 %) et moins souvent employées ou ouvrières (16 % contre 46 %). A contrario, le travail à domicile du père ne favorise pas la garde parentale, note l’étude.

Le travail à domicile et les horaires décalés expliquent la quasi-totalité de la garde parentale. Illustration : parmi les enfants gardés à titre principal par leurs parents qui travaillent tous les deux à temps complet, les trois quarts (73 %) ont des parents ayant des horaires décalés. Seulement 9 % des enfants ne connaissent aucune de ces deux situations. Ces derniers sont, parfois, des enfants dont les parents travaillent dans des locaux attenants à leur domicile (commerçants, boulangers, menuisiers, nourrices…). D’autres peuvent être gardés par nombre d’autres intervenants. Dans ce cas, la durée de garde par les parents, bien que majoritaire par rapport à celle de chacun des autres intervenants, s’avère relativement faible et ne réclame donc pas nécessairement une organisation particulière.

Les parents qui travaillent à temps complet et gardent leur enfant à titre principal en semaine peuvent, eux aussi, avoir recours à d’autres intervenants pour assurer la garde de leur enfant sur la période standard. Ainsi, 32 % des enfants sont gardés, à titre secondaire, par une assistante maternelle, 26 % par leurs grands-parents ou d’autres membres de la famille, 16 % sont confiés à une crèche et 11 % sont scolarisés ou gardés autrement. Cependant, 15 % des enfants sont gardés, exclusivement, par leurs parents.

Le besoin de garde extra-parentale se fait particulièrement sentir pour les périodes où les deux parents travaillent, surtout s’ils ne travaillent pas à domicile. Durant ces moments de la journée, les enfants dont les parents assurent majoritairement la garde sont, alors, principalement gardés par une assistante maternelle ou par les grands-parents.

Pour en savoir plus :

Téléchargez le document au format pdf Travailler et garder son enfant en bas âge, Études et résultats n° 749, Drees, février 2011

Donnez-nous votre avis !
Vous souhaitez réagir à cet article et apporter votre point de vue ? Faire partager votre expérience ? N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques en utilisant l’espace qui vous est réservé ci-dessous.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum