Achats, logistique et fonctions support à l'hôpital

 
Ce produit n'est plus disponible à la vente

Achats, logistique et fonctions support à l'hôpital

Renforcez la performance de vos achats et optimisez la gestion de la logistique de votre établissement


 

Nous sommes désolés, mais ce produit n'est plus en vente, si vous êtes intéressé par cette thématique, contactez-nous

Faire une recherche dans cette publication :

Formaliser la politique alimentaire d’un hôpital

À l’hôpital, le repas est une activité transversale par nature et de nombreuses équipes hospitalières sont mobilisées sur la prestation repas en particulier… et l’alimentation en général. À partir de là, la recherche de formalisation d’une politique alimentaire pertinente pour votre établissement, vos usagers et vos équipes est finalement une démarche assez simple. L’hôpital accueille tout type de patients (jeunes enfants, personnes âgées, etc.) pour des durées de séjour diverses (de quelques heures à plusieurs mois) avec des pathologies, des besoins nutritionnels et des goûts divers et variés. Pour « servir efficacement », il est nécessaire de tenir compte de cette réalité et de définir un certain nombre d’orientations en rapport avec la nécessaire segmentation de la demande… mais aussi de l’offre.

Préambule

Rappel historique – Au cours des siècles, l’alimentation hospitalière a été définie différemment et sous différents angles : religieux, médical, scientifique, etc. Les travaux d’Anne Nardin sur le sujet évoquent trois périodes successives :

  1. La première, du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle, correspond à une conception modelée par un contexte religieux : c’est une alimentation spiritualisée, acte de charité.

  2. La deuxième voit l’intrusion des médecins qui introduisent une valeur thérapeutique et préventive à l’alimentation. Au versant préventif : la diététique, au versant thérapeutique : la diète, qui s’inscrit dans la panoplie de la « médecine des humeurs ».

  3. Enfin, la troisième période voit le passage à une nutrition scientifique et hygiénique.

Le rapport de la mission Bernard Guy Grand sur « l’alimentation en milieu hospitalier » indique en 1997 que :

L’alimentation servie aux malades hospitalisés se doit d’assurer une triple fonction :

  • élément de l’action thérapeutique, elle relève de la nutrition ;

  • élément important du confort et de l’accueil, elle relève de la restauration ;

  • élément d’éducation et d’informations nutritionnelles, elle relève de la prophylaxie et de la prévention.

Ces fonctions sont synergiques et devraient être prises en compte simultanément.

En mars 2007, dans « L’hôpital face à la question de l’alimentation » (Revue de la société française d’histoire des hôpitaux, n° 123, mars 2007, pp. 33 et suivantes)...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous pour accéder à la publication dans son intégralité.