Aide à domicile : liquidation judiciaire du Codapa, association de services à la personne

Aide à domicile

Le Comité de développement de l’aide auprès des personnes âgées (Codapa) a été placé en liquidation judiciaire. Son activité en faveur des personnes âgées se poursuit jusqu’au 15 février 2010.

Le tribunal de grande instance de Chartres a rendu sa décision, le mercredi 20 janvier, et prononcé la liquidation judiciaire de l’une des plus grosses associations d’aide à domicile du département d’Eure et Loir après huit mois de redressement judiciaire. Confronté à des difficultés financières importantes, le Comité de développement de l’aide aux personnes âgées avait été placé en redressement judiciaire en mai 2009 après un constat de situation de cessation de paiements. L’association, qui compte 253 salariés et assiste dans leur vie quotidienne quelque 951 personnes âgées, poursuivra son activité jusqu’au 15 février inclus.

Au-delà du 15 février, le Codapa, dont le déficit a atteint 600 000 € en fin d’année dernière, ne sera plus en mesure d’assurer les émoluments de ses salariés. En cause des carences de gestion de la part de l’association, mais également la tarification des structures, et, l’insuffisance des financements de l’APA ou de la PCH. Cette situation entraîne la suppression de 250 postes d’auxiliaires de vie. Quant aux personnes âgées qui bénéficiaient des services de maintien à domicile du Codapa, elles vont devoir trouver un autre dispositif. Le Codapa assurait à lui seul pour les bénéficiaires de l’APA près de 13 429,25 heures par mois auxquelles s’ajoutent les 300 heures des bénéficiaires de la PCH et 80 heures pour les bénéficiaires de l’aide ménagère.

Xavier Nicolas, le vice-président du conseil général en charge de l’action sociale, a mis en place une cellule de crise pour prévenir tout risque de rupture de service (prise en charge et accompagnement). Les agents du service de l’aide sociale et les agents de la plate-forme Seniors info-services se sont mobilisés pour appeler les 534 personnes âgées bénéficiaires de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) qui recouraient au Codapa et les ont informées des différents services pouvant prendre le relais en fonction de leur domicile. Parallèlement, les agents de la Maison départementale des personnes handicapées ont pris contact avec les bénéficiaires de la PCH.

Alertés sur cette situation de crise économique et financière que connaît le secteur associatif de l’aide à domicile pour les personnes âgées et handicapées, la Direction générale de l’action sociale (DGAS) et les principaux acteurs du domaine représentant les professionnels et les usagers ont demandé, le 22 décembre dernier, au gouvernement la création d’un fonds d’urgence à hauteur de 50 à 100 millions d’euros pour fin février. Cette demande est, à ce jour, restée lettre morte.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum