Baccalauréat : en cas de retard d’une heure dû à la grève, il y aura une heure de plus pour plancher, selon Benoît Hamon

Éducation

En cas de poursuite de la grève SNCF lundi, date de démarrage des écrits du baccalauréat, les candidats arrivant avec une heure de retard pourront composer une heure de plus, a annoncé vendredi le ministre de l’Éducation nationale Benoît Hamon.

« En toute hypothèse, le gouvernement anticipe la situation dans les 4 400 centres d’examen, a-t-il assuré à la presse à Paris. « On prévoit que si des candidats devaient arriver avec une heure de retard, ils puissent voir leur composition se prolonger d’une heure de façon à ce qu’ils puissent passer l’examen dans des conditions identiques à celles d’un examen normal. » En temps normal, les candidats peuvent être acceptés avec un retard allant jusqu’à une heure mais doivent rendre leur copie en même temps que leurs camarades.

« Même si ça ne devait concerner que quelques centaines de candidats, ma responsabilité comme ministre de l’Éducation, c’est d’anticiper une situation où tous les candidats au bac doivent être mis dans une situation d’égalité », a expliqué Benoît Hamon. Si la grève se poursuivait, il n’y aura pas de justificatif de retard demandé, a-t-il précisé. En cas de retard dépassant une heure, le ministre demandera aux chefs de centre d’examen de regarder les situations au cas par cas : « On agira avec bienveillance. »

M. Hamon a souhaité « que le plus tôt possible les discussions entre le gouvernement et les syndicats aboutissent » pour ne pas ajouter « au stress de l’examen le stress d’un retard ».
Une cellule d’urgence a été mise en place au ministère.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum