La rentrée scolaire des 12 millions d’élèves reportée du 1er au 2 septembre 2014

Éducation

La rentrée scolaire des 12 millions d’élèves est reportée au 2 septembre, au lieu du 1er septembre comme prévu, date à laquelle les professeurs effectueront leur pré-rentrée, a annoncé vendredi le ministre de l’Éducation nationale Benoît Hamon.

Cet article fait partie du dossier :

Éducation RYTHMES SCOLAIRES : UNE EXPÉRIMENTATION À PÉRENNISER Voir le dossier

La pré-rentrée aura lieu le 1er septembre et la rentrée des élèves aura lieu le 2 septembre », a déclaré le ministre lors d’un déplacement à l’École supérieure du professorat et de l’Éducation (ESPE) de Melun. « Contrairement à ce qui a été hâtivement annoncé hier, la journée de pré-rentrée n’est donc pas supprimée », a poursuivi M. Hamon, affirmant avoir fait ce choix pour que « la rentrée soit organisée dans les meilleures conditions pour les professeurs et les élèves ». « La raison pour laquelle nous avons reporté du 1er au 2 septembre la rentrée des élèves, c’est que depuis le 8 avril, et la première réunion des recteurs que j’ai faite, la question de la difficulté de faire la pré-rentrée le 29 août m’a été posée, étant donné que nous accueillons 40 000 enseignants supplémentaires », a dit Benoît Hamon. Cette décision « veut dire qu’il y aura une journée à rattraper », a ajouté le ministre. « Nous ouvrirons des discussions avec l’ensemble de la communauté scolaire sur les conditions de mise en œuvre de cette journée de rattrapage », a-t-il ajouté.

L’annonce en début d’année d’une rentrée fin août pour les trois prochaines rentrées en 2014, 2015 et 2016, avait provoqué un tollé chez les enseignants contraints à raccourcir leurs vacances. Un préavis de grève avait été déposé pour la journée du 29 août. Jeudi, le Snes-FSU, puissant syndicat du secondaire, avait annoncé sur Twitter que les enseignants ne feraient par leur pré-rentrée le vendredi 29 août, comme prévu dans le calendrier officiel 2014, mais le 1er septembre, jour de la rentrée des élèves.

L’annonce n’avait pas été confirmée par le ministère, provoquant la confusion et l’incompréhension des syndicats enseignants, mais aussi des parents d’élèves, inquiets des « problèmes de garde » induits par un report de la rentrée scolaire. En cas de report, « les mairies doivent ouvrir leurs centres de loisirs, les parents s’organiser pour le primaire, soit prendre une journée », a expliqué jeudi la présidente de la PEEP, la deuxième fédération de parents d’élèves, Valérie Marty. « Je suis rigoureux », s’est défendu vendredi Benoît Hamon, assurant avoir décidé de reporter la rentrée « pour éviter d’avoir du désordre et des difficultés ». « Maintenir le calendrier tel qu’il était prévu, techniquement, ce n’était pas possible », a-t-il ajouté.

Les enseignants font traditionnellement leur rentrée un jour avant les élèves, une seconde journée de réunions de préparation étant organisée au cours de l’année. Outre les 12 millions d’élèves, la prochaine rentrée des classes concernera un million de personnels, essentiellement enseignants.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum