Les associations suspendent les négociations sur la professionnalisation des AVS

Éducation

Face au refus des ministères de l’Éducation nationale et de la Famille de tenir l’engagement de créer le métier d’accompagnant des élèves handicapés, quatre associations dénoncent la convention-cadre permettant la reprise des auxiliaires de vie scolaire (AVS).

L’Union nationale des associations de parents de personnes handicapées mentales et de leurs amis (Unapei), la Fédération générale des pupilles de l’enseignement public (FGPEP), la Fédération nationale des associations au service des élèves présentant une situation de handicap (Fnaseph) et Autisme France ont rejeté, le 25 mars 2010, la convention-cadre signée le 1er septembre 2009 avec l’Éducation nationale et ayant pour objectif de prolonger les missions des auxiliaires de vie scolaire (AVS) en fin de contrat. L’accord prévoyait également la reprise des contrats des auxiliaires de vie scolaire en fin de contrat et ayant reçu une formation spécifique par des associations agrées en échange d’une aide de l’État. À cet effet, le gouvernement avait présenté un amendement au projet de loi relatif à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique. La signature du dispositif reposait notamment sur les engagements du ministre de l’Éducation nationale d’approfondir la réflexion afin d’aboutir à une solution pérenne pour les prochaines rentrées scolaires et sur la perspective de la création d’un métier d’AVS.

Des propositions précises « pour construire ce métier, condition indispensable pour garantir la qualité de l’accompagnement et permettre aux enfants de grandir à l’école » ont été déposées par les associations signataires, au fil des groupes de travail installés depuis septembre 2009. À l’issue de la réunion du 25 mars qui s’est tenue avec les deux directeurs des cabinets ministériels de l’Éducation nationale et de la Famille et de la Solidarité, aucune des propositions présentées n’a été retenue. Seule la proposition d’ouvrir le dispositif actuel aux services à la personne a été évoquée, ce que critiquent les associations.

Devant ce refus manifeste de créer le métier d’accompagnement des élèves handicapés, les 4 associations signataires ont décidé de dénoncer la convention de reprise des auxiliaires de vie scolaire (AVS) conclue avec Luc Chatel.

« L’engagement de création d’un métier étant rompu », l’Unapei, la FGPEP, la Fnaseph et Autisme France « ne renoncent pas et affirment leur volonté de construire un métier d’accompagnant des enfants handicapés à l’école et en dehors de l’école ».

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum